Éditeur : Glénat

Collection : Glénat Comics

Parution : octobre 2017

Genre : bande dessinée fantastique

 

        Malgré plusieurs centaines de critiques écrites et publiées ici, je n'ai chroniqué que deux bandes dessinées, ici et  ! Et encore... Parce qu'il s'agissait d'opérations Masse critique sur Babelio. Je l'ai déjà expliqué ici mais j'aime bien me répéter alors... Ce n'est pas que je n'apprécie pas le genre, c'est seulement que j'ai peu l'occasion d'en lire. Or, je me suis réinscrite à la bibliothèque de mon quartier il y a quelques mois. Ce sera donc l'occasion pour moi d'aller vers l'ailleurs, le différent, dont la BD... Vu que je n'y connais rien en la matière, seul l'attrait de la couverture me guide dans mon choix. Et il faut bien avouer que celle du livre qui nous intéresse aujourd'hui est sublime :

cendres

Quant au synopsis, il m'a assez interpellé pour que je finisse par emprunter Juste un peu de cendres :

Ashley Torrance, dix-sept ans, a un secret. Elle voit des choses dont les autres n'ont pas conscience. De ses yeux vairons, elle peut déceler la véritable nature de certains individus. Derrière leur apparence humaine se cachent des êtres effrayants liés entre eux par des filins de cendre et comme habités par un feu obscur. Qui sont ces monstres et quel est leur but ? Sur internet, Ash rencontre Bruce et Sunny, des jeunes gens qui partagent le même pouvoir. Ensemble, ils décident de prendre la route pour retrouver un dénommé Pilgrim. Le seul qui semble savoir la vérité.

Il va sans dire que je ne connaissais pas du tout les auteurs de l'ouvrage alors que le scénariste de Juste un peu de Cendre, Thomas Day est un écrivain français assez reconnu, entre autre pour son cycle La Voie du Sabre. Son dessinateur, Aurélien Police a pas mal travaillé pour les maisons d'éditions avec des couvertures très belles :

1_mZ4H6zyMLOBOw7P8B8Iw8g

1_5R4qzEXj0Q_fKs8qwxAGkQ

      Mais qu'en est-il de mon avis sur Juste un peu de cendres ? Mitigé. Je suppose que lorsqu'on se plonge dans un roman graphique, il faut savoir livrer une critique sur le tout, c'est à dire à la fois le dessin et les dialogues/le scénario. Sauf qu'ici, j'ai trouvé les deux assez disparates. L'histoire d'Ashley Torrance ne brille pas par son originalité même si mettre en lien les monstres combattus avec la crise économique de 2008 rend l'histoire plus profonde que j'aurais pu le craindre. Tout va vite dans Juste un peu de cendre, trop vite. On reste un peu sur notre faim et, pour moi, le récit aurait mérité un traitement en plusieurs tomes, histoire de ne pas foncer vers la fin. Cette dernière, un brin facile, n'est d'ailleurs pas la meilleure partie de l'ouvrage. Bref un scénario et des dialogues moyens qui seraient bien vite oubliés sans le travail d’Aurélien. Visuellement Juste un peu de cendre est plus qu'une réussite avec un univers sombre mais fascinant :

d9ed9cb1f0ac8a5fb25c606d72269716

9782344014493-p-8g-59eda11800392

a-glimpse-for-ashes-juste-un-peu-de-cendres-glenat-comics-original-creation-thomas-day-aurc3a9lien-police-cri

          Me voilà donc dans l'incapacité de donner une note que je trouve satisfaisante à l'ensemble... Le scénario décrocherait un timide 11 alors que les dessins méritent au moins un 16. Faisons la moyenne : 13,5. Qu'importe finalement, Juste un peu de cendres restera pour moi une très jolie découverte.

 

Note : 13,5 / 20