Les Voraces

24 septembre 2021

Le vendredi c'est culture pourrie : séquestration, vomi et domination

beurk

    Avant de poursuivre ta lecture, je préfère te prévenir que certaines citations sont assez crues. Si tes yeux sont chastes ou que tu es mineur, passe ton chemin. Vraiment.

    Il y a maintenant un an, Alter t'avouait son échec face à Née pour être liée et m'a gentiment refilé le paquet -si je peux dire ça comme ça-. Comme je suis une tête de con légèrement têtue, j'ai accepté de relever le défi. Et je peux te dire que j'ai eu mal. Moins que l'héroïne, mais j'ai eu mal. Si tu n'as pas lu l'article de ma collègue -qu'est-ce que tu attends ?- voilà ce que nous dit la quatrième de couverture

    « Shepherd a ravagé Claire et conquis sa ville, et refuse de laisser l’une ou l’autre lui glisser entre les doigts.
Il dépouille Claire de son innocence et de son avenir en marquant de force la rare et récalcitrante Oméga.
Violent, calculateur et impénitent, il exige l’adoration de sa nouvelle partenaire. Son affection. Son corps.
Note de l’éditeur : Le premier tome torride de la série Dark Romance d’Addison Cain regorge de suspense et d’échange total de pouvoir. Si ce genre vous déplaît, mieux vaut ne pas l’acheter. »

    L'histoire commence donc dans un monde un peu étrange où Shepherd a conquis la ville de Claire, et un sacré bordel règne à présent. Petite parenthèse, en lisant les termes Alpha et Oméga, j'ai naïvement supposé que c'était une histoire de loups garous. Mais comme à aucun moment ils ne se transforment, j'en ai donc conclut qu'ils avaient juste le caractère de loups psychopathes dans des corps d'humains. Bref.

    Notre héroïne est donc une Oméga, et visiblement, quand ces femmes sont en chaleur, tous les mâles sont en rut et veulent les violer. Oui, le consentement c'est surfait. Claire a donc pris des cachets pour les contrôler et a revêtu des vêtements puants avant d'entrer dans le repaire de Shepherd et ses sbires. Elle a pour mission d'aller quémander de la nourriture pour elle et d'autres Omégas qui sont obligées de vivre recluses pour ne pas se faire agresser toutes les deux minutes. Manque de bol pour elle, il y a beaucoup trop de mâles au mètre carré et ce qui devait arriver arriva :

    « Elle ignorait comment, mais tous ses préparatifs et les cachets n'avaient pas suffit. Il y avait bien trop d'Alphas, trop de leur odeur dans l'air, et elle était entrée aussitôt en chaleur. Elle pouvait déjà sentir la cyprine s'accumuler entre ses cuisses, son odeur, si imprégnée de phéromones qu'elle ne pourrait être masquée par l'épouvantable pestilence dans laquelle elle s'était drapée à dessein. »

    Une bagarre générale éclate alors et le vainqueur gagne le droit de violer Claire à même le sol devant tout le monde. Heureusement -ou pas- Shepherd est de la partie et il bat tous ses rivaux. Il emmène alors galamment son gain dans sa tanière -en vrai il la jette sur son épaule- où il l'enferme pour assouvir ses bas instincts. Elle tente tout de même de lui demander de la nourriture et un endroit sûr pour elle et ses compagnes. Shepherd se contente de lui faire comprendre qu'elle est un peu conne d'être venue ici, puis ils discutent et on apprend que Claire est vierge, ce qui surprend et énerve l'Alpha va savoir pourquoi. Il se lance alors dans une parade prénuptiale à base de grognements pour exciter la jeune femme. Pourquoi pas, après tout. Et visiblement ça marche, puisque :

    « Le long grognement de la bête généra un écoulement de mouille qui la trempa tellement qu'elle se retrouva assise dans une mare glissante. » Eurk !

    Puis le bougre se met à ronronner -oui oui c'est dit comme ça- et à déshabiller Claire qui le supplie de l'enfermer seule dans une pièce jusqu'à la fin de ses chaleurs. Il lui fait alors remarquer qu'elle est déjà enfermée, mais avec lui et que sa période de chasteté touche à sa fin. Il va alors la nourrir avant de la violer pendant trois jours. Mais comme elle est en chaleur, ça passe hein, elle aime ça -putain mais pourquoi j'ai lu ce livre?- :

    « Il rua en elle et s'enfonça un centimètre durement gagné après l'autre tandis qu'elle regardait la queue aussi épaisse qu'un avant bras disparaître peu à peu entre ses cuisses. »

    La taille ne compte pas, mais j'aime autant te dire qu'une bite aussi grosse qu'un avant bras aurait une fâcheuse tendance à me faire fuir. Pendant leur « accouplement », Shepherd en profite pour la marquer, autrement dit la mordre et lui arracher de la chair -pitié tuez-moi !-. Une fois les chaleurs apaisées, il lui ordonne alors de lui révéler la cachette des autres Omégas pour les protéger, autrement dit choisir par qui elles seraient prises quand elles entreraient en chaleur. Sympa. Comme Claire ne veut rien dire, il la viole encore et elle s'endort finalement dans ses bras, comme c'est mignon.

    Après ces ébats au goût de vomi, notre héroïne pense enfin à se laver et je peux te dire qu'elle en avait bien besoin ! La preuve -attention prends une bassine- :

    « Son reflet lui rendit son regard. Nue, et tellement couverte de la semence de Shepherd qu'elle encroûtait jusqu'à ses cheveux, elle paraissait épuisée. Pendant qu'elle se noyait dans la béatitude et leurs ébats frénétiques, il la lui avait donnée et l'avait frottée partout pour en imprégner sa peau – elle était saturée de l'intérieur et de l'extérieur par ses sécrétions. »

    Une fois récurée de fond en comble, l'Alpha arrive et lui annonce que le déjeuner va bientôt être servi -mieux qu'à l'hôtel dis donc-. En attendant, il lui donne des vitamines pour la requinquer un peu vu qu'elle était sous alimentée et qu'elle a des carences. Il sait ça sans même avoir besoin d'une prise de sang, trop fort ! Non content de l'avoir séquestrée et violée tout ce temps, il a également fait ses poches, trouvé les cachets inhibiteurs de chaleurs et les a fait examiner. Il lui apprend alors qu'en réalité, ces médicaments ont l'effet inverse. Oooooooh ! Mais quelle intrigue de folie !

    Enfermée dans sa tanière, Claire ne sait plus si cela fait des jours ou des semaines qu'elle est là et une routine s'est installée entre eux. Shepherd la nourrit, lui achète des vêtements et des produits de beauté, puis il la viole. Genre tout le temps. Mais comme il ronronne, elle est consentante, donc ça va. Je suppose qu'on est censés s'attacher un minimum aux héros de cette histoire, du coup ils papotent un peu et on apprend qu'elle était illustratrice de livres pour enfants avant que Shepherd ne prenne le pouvoir -sur qui, on ne sait toujours pas, par contre-. Quelques jours plus tard, il lui offre du matériel de dessin et elle passe son temps libre à dessiner des fleufleurs. Au début du livre, l'auteur nous décrivait un monde dévasté où règne le chaos, et maintenant il va faire du shopping à Cultura ! Bref, même les histoires pour enfants ont un univers plus développé.

    Un jour, le Bêta vient parler à Shepherd et Claire a l'audace de le regarder, ce qui ne plaît pas du tout à l'Alpha qui lui fait une crise de jalousie, la pousse violemment et part en oubliant de fermer la porte à clé. Elle s'enfuit donc à toutes jambes et une fois en sécurité :

    « Puis elle le vit, la chose la plus belle que ses yeux aient jamais vus. Un Bêta, un inconnu, était penché sur elle pour l'aider... menait son corps sanglotant à l'abri du froid et de la douleur. Il lui dit qu'il se prénommait Corday. »

    Elle se réveille donc chez son sauveur qui lui dit qu'elle n'a rien à craindre car c'est un exécuteur. On ne sait pas ce que c'est, mais apparemment ils sont tous censés être morts. Démerdez-vous avec ça. Il lui propose alors de l'héberger, ils sympathisent et on s'emmerde plus qu'à une partie de bingo, mais au moins il ne la viole pas. C'est reposant. Pendant que Claire vit sa meilleure vie, Corday rejoint d'autres exécuteurs survivants et on apprend que les méchants sont enfermés dans La Crypte -oui avec une majuscule, attention-. Ils pensent que Shepherd s'en est peut-être échappé, mais il ne figure sur aucun registre. Du coup il sort d'où cet enfoiré ? L'auteur tente alors de nous faire gober une histoire de virus sorti du cul d'un alligator que l'Alpha rebelle aurait récupéré -WTF ? Ca sort d'où ?- le tout saupoudré d'un complot tellement mal amené que je n'ai absolument rien compris.

    Claire profitant de la nuit, elle sort retrouver ses compagnes et apprend que certaines d'entre elles ont été kidnappées. Elle croise Lillian qui est jalouse car elle a eu à manger alors qu'elles crèvent toutes de faim. Super l'accueil ! Elle retourne donc chez Corday et il lui fait rencontrer le sénateur Kantor qui veut emmener les Omégas dans un lieu sûr par petits groupes. Bien sûr elles ne veut pas trahir leur planque et négocie pour leur parler de cette proposition. Elle met donc des somnifères dans le plat de l'exécuteur censé l'accompagner et retourne voir ses copines. Mais à son arrivée, Lillian et deux autres Omégas l'assoment. Les fourbes préviennent Shepherd, et tout le monde est emmené dans son repaire. Après deux longs chapitres chiantissimes, Shepherd avoue qu'il a injecté un produit pour déclencher les chaleurs de l'Oméga et on a droit un loooooooooong chapitre de baise pour finir par apprendre qu'elle est enceinte. Comme c'est original...

    Shepherd décide alors de faire pendre Lillian et les deux femmes qui ont trahi Claire, et Corday y assiste, espérant s'approcher assez près de lui pour sentir l'odeur de Claire et s'assurer qu'elle est en vie :

    « Il aurait besoin de se retrouver dans un rayon de cinq mètres pour pouvoir sentir l'odeur que Sherpherd arborait fièrement. La cyprine de Claire – son trophée – était encore fraîche, comme s'il l'avait prise juste avant de venir exécuter les Omégas. »

    Pendant ce temps, Claire développe un beau syndrome de Stockholm. Elle s’aperçoit qu'elle attend son retour avec impatience. Mais comme elle est super forte et fidèle à ses amies Omégas, elle lui dit qu'elle trouvera le moyen d'être libre, alors il l'enferme et ne vient plus la voir. Comme elle s'ennuie, elle fait des activités de femme, comme le ménage et plier du linge. Alors qu'elle a des livres à disposition cette conne ! Puis elle va recevoir la visite désagréable d'une femme mystérieuse :

    «  - Qui êtes-vous ?

Le contact des doigts froids sur sa peau força Claire à reculer la tête. Cela n'empêcha pas la femme souriante de passer un ongle sur sa mâchoire délicate.

- Je suis la bien-aimée de Shepherd. »

    Ah ben on ne s'y attendait pas à celle-là ! La femme qui débarque alors que l'héroïne est enceinte on n'a jamais vu ça ! Et bien sûr c'est une Alpha, alors elle se croit tout permis, même des trucs bizarres :

    « Tu es saturée de lui, dit l'Alpha en reniflant. Couche-toi sur le lit et écarte les cuisses, que je puisse voir. »

    Bien qu'étant une Oméga soumise, Claire ne se laisse pas faire et lorsque Svana découvre qu'elle est enceinte, elle essaye de l'étrangler. Shepherd arrive sur ses entrefaites et envoie sa prisonnière dans la salle de bain pour baiser avec Svana juste à côté. Charmant. Si tu te rappelles bien, l'Alpha avait marqué Claire et un lien -inexpliqué par l'auteur- s'était tissé entre eux. En l'entendant coucher avec une autre, ce lien se brise et elle recommence à le voir comme un monstre. Elle se laisse alors mourir, jetant la nourriture qu'on lui apporte dans les toilettes.

    Voyant qu'elle est au plus mal et que même les parties de jambes en l'air qu'elle avait fini par apprécier ne lui font plus aucun effet, il décide alors de l'emmener faire un tour dehors, et elle finit par sauter du toit :

    « D'en haut, il semblait qu'elle s'était simplement évanouie dans la nature. Puisqu'elle était déjà morte de l'intérieur, autant que son corps disparaisse, lui aussi. »

    Tu te doutes bien que l'histoire de Claire -aussi palpitante que son clitoris- ne peut pas se terminer ainsi. Non. Cette horreur a une suite. Mais je ne suis pas sûre d'avoir envie de la connaître, ou alors Alter va devoir me payer pour ça !

    J'espère que ce culture pourrie t'auras plu, histoire de ne pas avoir souffert pour rien quand même. Quant à moi je vais aller me laver les yeux et le cerveau au gel hydroalcoolique pour oublier tout ça.