9780425244463

Édition : Berkley

Parution : 2011

Édition française : J'ai lu (Titre : La Folie de Lord Mackenzie)

Genre : Romance froufroutante

 
Il faut être fou pour demander une femme en mariage cinq minutes après l'avoir rencontrée! De fait, Ian Mackenzie a passé plusieurs années à l'asile où son père l'a fait enfermer. Bien que charmée par ce doux excentrique, la belle Beth Ackerley ne peut que décliner son offre. Elle est veuve et raisonnable. Mais voilà qu'il la suit à Paris et que tout s'accélère : Ian a beau se prétendre incapable d'aimer, un désir fou les jette bientôt dans les bras l'un de l'autre. Et Beth se sent perdre la tête pour son bel Écossais, au mépris de sa scandaleuse réputation et des accusations de meurtre portées contre lui...

 

Cher Ian,

Car je peux t'appeler Ian, non ? Après tout, nous avons passé plusieurs centaines de pages ensemble. Je commence à bien te connaître. Oui, je peux ?

Ceci est une déclaration d'amour. Oui, oui, je sais que tu es déjà pris, que c'est même le principe de la romance (froufroutante ou non) : nous montrer comment un homme et une femme tombent amoureux blablabla... D'ailleurs, je vais être franche, j'apprécie celle que tu rencontres dans ce roman. Beth est quelqu'un de formidable. Elle est veuve, jolie, possède un pécule confortable et se montre pleine de courage. Mais bon, fantasmer sur un personnage de fiction ne peut pas faire de mal, si ?

Parce que tu es sexy, Ian. Bigrement sexy et charismatique. Tellement que tu rejoins la horde de bôgosses imaginaires sur lesquels j'ai bavé : Jondalar, Jamie, Colin... Bref, j'ai salivé sur ton personnage. Faut dire ce qui est, Ian, tu es aussi appétissant pour moi qu'un Kinder Maxi un jour de vague à l'âme, aussi tentant qu'une soirée drama avec Ema, aussi désirable que la perspective d'un week-end sans mes enfants.

Bon, tu m'auras compris, je te kiffe, Ian. Ouais. Faut dire que tu es l'atout majeur du récit de ta créatrice, madame Ashley. Beth est mignonne mais c'est pas elle qui m'a fait saliver au fil des pages. Quant à la pseudo enquête policière, nous dirons qu'elle a le mérite d'exister, c'est déjà ça. Mais sans toi, ce roman n'aurait pas vraiment d'intérêt.

En refermant cet ouvrage, tu es le seul élément que je vais précieusement garder en mémoire. Tu es bien dans ma tête Ian ? Dis bonjour à David Gandy, tu verras il est sympa. À côté, c'est Barrons, et là, c'est Eric. Bon je laisse les autres se présenter tous seuls, ça prendrait trop temps et la réalité -c'te courtisane de bas-étage- m'appelle.

 

Érotiquement,

AlterVorace.

 

Ps : Si tu pouvais venir faire un tour dans un des mes rêves, à l'occasion, ce serait sympa. Et si l'aventure te fait peur, tu peux toujours emmener un de tes camarades avec toi. Mais un classé dans la case Miam, hein ? Tu me fais pas le coup de ramener un individu de la section Répulsion. Parce que Lee Philip dans un rêve érotique, non merci.