9782811201166

 

Édition : Milady

Parution : 2009

Classement : Fantasy

 

Depuis toutes ces années où la lecture a une place si importante dans ma vie j'ai eu des marottes : pour des genres, des auteurs, des époques. Malgré ces voyages au sein de ma passion, une constante peut être relevée : mon amour des sagas. Qu'elles soient fantastiques, historiques, sentimentales, j'adore les récits épiques qui s'étendent sur plusieurs opus. Je suis d'ailleurs toujours un peu à la recherche de nouvelles épopées. Depuis que je porte le deuil d'Anita Blake et que Jamie -il faudra que je vous en parle un de ces jours- m'a un peu lassée, je suis encore plus en quête de nouvelles sagas. Avec le premier tome de Les Bannis et les Proscrits j'avais eu pas mal d'espoir. Aussi lorsque j'ai pu me procurer le deuxième opus des aventures d'Elena c'était avec un peu d'appréhension que je prenais connaissance de la quatrième de couverture :

Elena porte désormais la marque de la sor’cière dans la paume de sa main. Cette tache écarlate est la preuve d’un don fabuleux à la puissance inimaginable : un pouvoir sauvage, séduisant, difficile à contrôler. Seule celle qui maîtrise la magie sanglante peut s’opposer aux créatures et au mal du Seigneur Noir.

Pourtant Elena n’est pas encore maîtresse de son pouvoir. Protégée par un guerrier sans âge et une bande de renégats, elle part en quête d’une cité perdue où, selon la prophétie, un ouvrage mystique détient la clé de la défaite du Seigneur Noir. Mais si celui-ci la trouve en premier, Elena deviendra son arme la plus terrible…

Pas une seconde je n'ai été déçue avec cette suite des aventures d'Elena, l'action est présente, les personnages sont toujours aussi passionnants et les méchants font toujours autant flipper. Nous sommes vraiment dans de la fantasy de bonne qualité même si l'auteur continue à utiliser les ingrédients habituels du genre. Sans trop vous en dévoiler, tout n'est pas rose dans l'univers de monsieur Clemens et la mort frappe sans pitié. On est loin du pays des bisounours -et c'est tant mieux-. Concernant notre héroïne, j'apprécie la manière dont elle évolue et ses craintes de trop s'endurcir tout au long de sa quête. Les personnages qui gravitent autours d'elles sont toujours aussi nombreux mais chacun possède une vraie complexité, un vrai intérêt. Cette complexité est, à mes yeux, la plus grande force de cette saga. La plupart des protagonistes ne sont pas méchants OU gentils, nous sommes dans un univers qui est nuancé. Ainsi l'ennemie principale de ce tome -assez flippante, disons qu'elle vit des maternités plutôt...particulières- nous offre toute une palette d'émotions et nous avons aussi l'occasion de découvrir ce qui l'a emmené du « côté obscure de la force ».

Bref Les Foudres de la Sor'cière m'a tenu en haleine tout au long de ses pages et désormais je croise super fort les doigts pour que la suite soit de la même qualité. Si c'est le cas, si les prochains volumes sont à la hauteur, j'aurais dans ma bibliothèque une nouvelle saga à chérir et à retrouver régulièrement.

 

NOTE GLOBALE : 16 / 20