30 juillet 2021

Le vendredi c'est Culture Pourrie 2/2 : girouette poilue, gastronomie discount et nichons magiques

Rares sont les Cultures pourries si denses qu’il aura fallu les scinder en deux articles. J’essaie, dans la mesure du possible, de l’éviter car je suis la première à ne pas apprécier l’attente. Si tu es comme moi, ami-lecteur, et que tu es allé jusqu’à préféré t’abstenir de lire ma première bafouille sur ce dernier opus de la trilogie Harlequin, alors n’oublie d’aller lire mon article Pleines lunes multiples, tueur en série et mains magiques… Sinon, attache ta ceinture et c’est parti ! Nous venions d’assister à une scène tout... [Lire la suite]

18 juin 2021

Le vendredi c'est Culture Pourrie 1/2 : pleines lunes multiples, tueur en série et mains magiques

   Comment partager ce soulagement intense qui m’a envahie lorsque je me lançais dans le troisième tome de Heart of the Wolf ? Ce n’était pas à cause d’une supposée impatience, du moins pas celle de me plonger dans ce dernier opus, mais simplement parce qu’après Le Crépuscule des Fauves, j’en aurai terminé avec les loups-garous de madame Flanders ! Et oui, quel soulagement, quel apaisement, quelle libération ! Tu penses que j’en fais un tantinet trop ami-lecteur ? Et bien pour te prouver que non, il te... [Lire la suite]
25 septembre 2020

Le vendredi c'est culture pourrie : vente d'enfant, fée cochonne et chevalerie

    Pour notre catégorie culture pourrie, il y a des auteurs dont nous savons pertinemment qu'ils vont nous offrir des lectures difficiles mais avec un potentiel nanaresque énorme. Si Fern Michaels ou encore Tiffanny White nous ont fait utiliser nombre de sacs à vomi, j'ai récemment découvert Bertrice Small, dont l’œuvre qui nous intéresse aujourd'hui m'a plusieurs fois donné envie de me laver le cerveau à la javel pour l'oublier.        Lara est la fille de la fée Ilona et d'un mercenaire... [Lire la suite]
26 juin 2020

Le vendredi c'est Culture Pourrie : fantôme, piles de vibro et sexe télépathique

          Les Harlequinades ont toujours eu une place de choix sur cet espace et il faut bien avouer que la maison d'édition de l'amûr reste une mine d'or pour la rubrique Culture pourrie ! Aussi Ema a eu la cruauté gentillesse de nous dénicher quelques titres forts prometteurs, parmi lesquels celui dont je vais te parler aujourd'hui. Lorsque j'ai pris connaissance de l'existence de Cet étrange plaisir, je me suis ruée dessus. Sorti en octobre 2010 chez Harlequin, dans la collection Audace, ce... [Lire la suite]
19 juin 2020

Le vendredi c'est culture pourrie : deuil, bled paumé et Guiness

        Quand je me suis plongée dans ce livre, je n'en attendais pas grand chose. Je pensais simplement passer un moment sympathique sans me prendre la tête et m'évader un peu sur les côtes irlandaises. Sauf que plus j'avançais dans ma lecture, plus je me disais que m'arracher les poils du nez un par un serait plus divertissant. Et j'exagère à peine.      Laisse moi déjà te planter le décor. Diane et son mari Colin vivent heureux à Paris avec leur fille Clara. Alors que la petite... [Lire la suite]
29 mai 2020

Le vendredi c'est Culture Pourrie : pince en bois, gangrène lyophilisée et torche humaine

        Bonjour ami lecteur, nous avions rendez-vous pour la suite d'un roman infâme, Passion Captives. Si tu n'as pas lu le premier volet de cette chronique je ne peux que te conseiller d'aller le lire ici.       Où en étions-nous ? Ah oui...      Sirena et Caleb rejoignent leur bateau et l'équipage. Ils trouvent le Wanderer, foutent tout le monde sur les chaloupe et coulent le navire. Sirena prend quand même le temps de vérifier qu'il n'y a pas d'homme à crochet, mais... [Lire la suite]

24 avril 2020

Le vendredi c'est Culture Pourrie : vengeance, crochet et pâte à zigounette

       Oyé, oyé ami lecteur, nous voici devant le premier Culture Pourrie depuis la réouverture de cet espace. Pour tout avouer, il se peut que cette rubrique soit celle qui m'ait le plus manqué, oui oui. Du coup, pour ce grand retour, il me fallait taper fort, très fort. Et quelle auteure de mieux pour cela que celle qui avait déjà commis Sauvage Irina ? Du coup, n'écoutant que mon courage ma folie, j'ai dégotté un autre bouquin de Fern Michaels : Passions Captives. Aussitôt trouvé aussitôt lu... Euh...... [Lire la suite]
25 mars 2020

Les Voraces de retour - ben oui on revient toujours (comme l’herpès quoi)

   Père Castor raconte-nous l'histoire de Culturo-Voraces...   Comme les samouraïs -version lâche et empotée-, je respecte irrémédiablement quelques règles de vie dont la stricte et raisonnable : « Pas de retour en arrière ». Cela vaut pour ma vie sentimentale -rester amie avec un ex ? Jamais de la vie !- comme pour le reste. Ce lieu, CulturoVoraces, faisant parti de mon passé, aurait donc dû rester un joli souvenir. Sauf que... Sauf que... CulturoVoraces ne peut être considéré comme une... [Lire la suite]
Posté par AlterVorace à 08:00 - - Commentaires [5] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,
26 février 2016

Le vendredi c'est culture pourrie : sataniste made in Taïwan, course-poursuite et monstres chelous

Si tu ne fais pas parti de ceux qui nous suivent depuis des siècles, tu ne sais peut-être pas que j'ai un grand frère de quatre ans de plus que moi. Il a officié ici le temps de deux ou trois articles et il est plutôt chouette. Mais avouons-le, il a eu un grand rôle dans ma vie. Parce que les nanars, les cultures pourries, c'est un peu de sa faute. Rien que ça. Grâce à À cause de lui, j'ai découvert Bade Taste et Braindead à l'époque du collège. Ainsi que l'esprit critique et les bons films. Et, forcément, je n'en suis pas sortie... [Lire la suite]
14 février 2014

Les Vorascars de la Romance – les primés sont...

Nous t'en avions parlé en début de semaine et nous t'avions même donné la liste des Vorascars distribués en ce jour placé sous le signe des petits cœurs tout roses. Ne perdons donc pas de temps à palabrer ami lecteur et passons aux choses pas sérieuses.   Le Vorascar de la voix masculine où quand tu entends parler le monsieur, des fantasmes impures et délicieux campent ton cerveau de gourgandine. Aaaaaaaaaaaaaaaaaah, la voix sexy... Que seraient certains drama sans elle ? Nul besoin de nous en mettre plein à la... [Lire la suite]