31 juillet 2020

Culture pourrie : Harlequinade, grosse arnaque, cécité et mièvrerie

        La semaine dernière, ma collègue te faisait découvrir une « romance » de notre victime du mois : Tiffany White. Si elle a beaucoup souffert pendant sa lecture, pour ma part je me suis sentie plutôt arnaquée par la mienne. Laisse-moi d'abord te parler de la quatrième de couverture :      « Il était tard. Un profond silence régnait dans l'immense bibliothèque maintenant déserte où je finissais d'écrire un article. Je venais là depuis des semaines, et je... [Lire la suite]

24 juillet 2020

Culture Pourrie – Harlequinade, farandole de clichés, Paris fantasmé, et dressage de quiche

      Avant toute chose, je voudrais prendre quelques secondes pour souhaiter un très joyeux anniversaire à ma collègue Ema. Car si ici est ma copilote, dans le "non-virtuel", elle est aussi l'amie la plus loyale, drôle, forte et généreuse que l'on puisse trouver. Et c'est la mienne ! Vu que sur CulturoVoraces, on aime la subtilité, l'élégance et la sobriété : Bon passons à la chronique du jour...      Avec Ema nous avons décidé de prendre pour victime la même auteure. Cette semaine et... [Lire la suite]
26 juin 2020

Le vendredi c'est Culture Pourrie : fantôme, piles de vibro et sexe télépathique

          Les Harlequinades ont toujours eu une place de choix sur cet espace et il faut bien avouer que la maison d'édition de l'amûr reste une mine d'or pour la rubrique Culture pourrie ! Aussi Ema a eu la cruauté gentillesse de nous dénicher quelques titres forts prometteurs, parmi lesquels celui dont je vais te parler aujourd'hui. Lorsque j'ai pris connaissance de l'existence de Cet étrange plaisir, je me suis ruée dessus. Sorti en octobre 2010 chez Harlequin, dans la collection Audace, ce... [Lire la suite]
15 novembre 2013

Plage, crustacés et PlanOrgasme : Culture pourrie au pays magique des phéromones

Depuis le vampire en mousse, ami lecteur, je n'avais plus mis de Harlequin à l'honneur sur ce blog. Comme je sais de source sûre que certains d’entre vous sont friands de ce genre de chroniques, j'ai eu le courage et la générosité de me sacrifier encore une fois en puisant dans le méandre des romans d'amûûûûûûûûr - mais non je n'exagère jamais mon héroïsme. Afin de « mieux » choisir l'ouvrage sur lequel j'allais me défouler, je me suis plongée dans nos anciennes harlequinades. Je me suis alors rendue compte que je m'étais... [Lire la suite]
26 juillet 2013

Le vendredi, c'est Culture Pourrie – le nanar archéologique chez Harlequin

Par une triste journée de pluie -en vrai il faisait bô, hein, mais tu me pardonneras ce goût de la dramatisation- je baguenaudais sur le blog et relisais quelques Culture Pourrie quand je me suis rendue compte que je n'avais pas descendu de vieux Harlequin depuis la Saint Valentin. Tu imagines ça ami lecteur ? Je me suis dit qu'il était plus que temps de remédier à cela et je suis partie en quête d'un bon nanar de la maison d'édition de l'amûr. Puis j'ai eu l'idée d'aller flirter du côté de l'âge de pierre du Harlequin ... [Lire la suite]
12 février 2013

Première romance pourrie de la semaine : harlequinade improbable

Comme nous te l'avions annoncé hier, les festivités commencent enfin : quatre jours aux criardes couleurs de la Saint Valentin. Tu as les yeux qui piquent ? Une vague sensation de nausée ? Et encore, je ne t'ai pas parlé du livre qui nous intéresse aujourd'hui. C'est -déjà- la deuxième édition de la semaine « Romance pourrie » sur ce blog. Nous avons prévu moins d'articles mais des gratinés. Dans ce contexte où pleuvent les petits cœurs roses et les cupidons tout nus et tout dodus, il nous semblait primordiale... [Lire la suite]

11 février 2013

La Saint-Valentin débarque demain sur le blog - et Cupidon va saigner.

Si tu fais parti de nos fidèles, ami lecteur, tu as sans doute attendu cette semaine en te demandant ce que nous te réservions pour la semaine de la Saint-Valentin. Si tu étais sur un simple blog de bouquins, nous t'aurions sans doute parlé de nos couples littéraires préférés, dissertant sans fin de ces histoires d'amour qui nous ont touché au fil des pages. Si tu étais chez une team de fansub lambda -pas complètement cinglée donc- nous t'aurions fait une bannière peuplée de cœurs qui piquent entourant les petites gueules de nos... [Lire la suite]
04 janvier 2013

Culture pourrie en Auvergne - « Un volcan s'éteint un nanar s'éveille »

  Je sais, je sais, ami lecteur, tu vas dire que je tombe encore dans la facilité en choisissant un vieil Harlequin pour ce culture pourrie... Que veux-tu, c'est une source intarissable de jubilation et de rires. En espérant que tu ne te lasseras pas des soupirs énamourés de nos gourdes préférées. Mettons tout de suite les choses au clair avec la couverture de cette ôde à la médiocrité qu'est Andréa ou la peur d'aimer, à cette seule vue, tu imagines bien le genre d'ouvrage dont nous allons parler aujourd'hui :   On... [Lire la suite]
05 octobre 2012

Le vendredi c'est culture pourrie : sexisme et rapports malsains chez Harlequin

  Pour ce qui est de la chronique culture pourrie, j'ai mis en place, au fil des mois, une véritable stratégie afin de trouver les livres qui feraient l'objet de cette « mise à mort ». Quelques auteurs sont des habitués, la littérature jeunesse semble être féconde en absurdités et Harlequin reste une valeur sûre. Sauf qu'il n'est pas toujours simple de repérer la perle au millieu des parutions nombreuses de la maison d'édition de l'amûr. Heureusement la chance -ou pas- est parfois de mon côté. Pour le bouquin qui... [Lire la suite]
24 août 2012

Frigidité, petite annonce et aurore boréale : culture pourrie en Alaska...

La dernière Harlequinade datant déjà du mois de mars avec mon attaque sans pitié de la collection Blanche, je me suis dit qu'il serait bon de réchauffer ton petit cœur en mal d'amûûûûr ami lecteur. Pour cela, Ema a eu la gentillesse de choisir pour moi une collection de la célèbre maison d'édition de l'amûûûûr : la collection Audace, aujourd'hui rebaptisée Passions Extrêmes. Cette décision prise, il ne me restait plus qu'à trouver LE bouquin qui dégageait un fumet de culture pourrie à des kilomètres. C'est alors que je suis tombée... [Lire la suite]