30 juillet 2021

Le vendredi c'est Culture Pourrie 2/2 : girouette poilue, gastronomie discount et nichons magiques

Rares sont les Cultures pourries si denses qu’il aura fallu les scinder en deux articles. J’essaie, dans la mesure du possible, de l’éviter car je suis la première à ne pas apprécier l’attente. Si tu es comme moi, ami-lecteur, et que tu es allé jusqu’à préféré t’abstenir de lire ma première bafouille sur ce dernier opus de la trilogie Harlequin, alors n’oublie d’aller lire mon article Pleines lunes multiples, tueur en série et mains magiques… Sinon, attache ta ceinture et c’est parti ! Nous venions d’assister à une scène tout... [Lire la suite]

18 juin 2021

Le vendredi c'est Culture Pourrie 1/2 : pleines lunes multiples, tueur en série et mains magiques

   Comment partager ce soulagement intense qui m’a envahie lorsque je me lançais dans le troisième tome de Heart of the Wolf ? Ce n’était pas à cause d’une supposée impatience, du moins pas celle de me plonger dans ce dernier opus, mais simplement parce qu’après Le Crépuscule des Fauves, j’en aurai terminé avec les loups-garous de madame Flanders ! Et oui, quel soulagement, quel apaisement, quelle libération ! Tu penses que j’en fais un tantinet trop ami-lecteur ? Et bien pour te prouver que non, il te... [Lire la suite]
14 mai 2021

Le vendredi c'est Culture Pourrie : pouvoir cassé, sexisme en série et phéromone magique

  Oyé, oyé ami-lecteur, note bien l’engagement morale sans faille dont je fais preuve ici… Il y a quelques temps, je t’avais livré la chronique du premier tome d’une trilogie. Une trilogie Harlequin. Rien que l’existence d’une telle chose dans la maison d’édition de l’amûr est une Culture pourrie en soit. À la fin de ma bafouille, j’écrivais que j’étais censée lire le deuxième opus de Heart of the Wolf. Et voilà, après quelques semaines à soupirer en pensant à ce bouquin, j’ai pris ma folie mon courage à deux mains… Et du... [Lire la suite]
26 février 2021

Le vendredi c'est Culture Pourrie : garous en carton-pâte, château en Alaska et vagin magique

     Pour éviter la routine -et la lassitude-, lorsque je désire concocter un Culture pourrie, je regarde les derniers articles publiés. Or la dernière Harlequinade date du mois de juillet ! Nous avions fait, Ema et moi, un duo d’articles sur la même autrice, ici et là. Voilà comment je me suis dit que c’était une bonne idée. Après cela, je suis allée choisir la collection que j’allais épingler et, surprise, il y a une collection qui n’a été évoquée qu’une seule fois ici… Il s’agit de Sixième sens, dédiée à la... [Lire la suite]
31 juillet 2020

Culture pourrie : Harlequinade, grosse arnaque, cécité et mièvrerie

        La semaine dernière, ma collègue te faisait découvrir une « romance » de notre victime du mois : Tiffany White. Si elle a beaucoup souffert pendant sa lecture, pour ma part je me suis sentie plutôt arnaquée par la mienne. Laisse-moi d'abord te parler de la quatrième de couverture :      « Il était tard. Un profond silence régnait dans l'immense bibliothèque maintenant déserte où je finissais d'écrire un article. Je venais là depuis des semaines, et je... [Lire la suite]
24 juillet 2020

Culture Pourrie – Harlequinade, farandole de clichés, Paris fantasmé, et dressage de quiche

      Avant toute chose, je voudrais prendre quelques secondes pour souhaiter un très joyeux anniversaire à ma collègue Ema. Car si ici est ma copilote, dans le "non-virtuel", elle est aussi l'amie la plus loyale, drôle, forte et généreuse que l'on puisse trouver. Et c'est la mienne ! Vu que sur CulturoVoraces, on aime la subtilité, l'élégance et la sobriété : Bon passons à la chronique du jour...      Avec Ema nous avons décidé de prendre pour victime la même auteure. Cette semaine et... [Lire la suite]

26 juin 2020

Le vendredi c'est Culture Pourrie : fantôme, piles de vibro et sexe télépathique

          Les Harlequinades ont toujours eu une place de choix sur cet espace et il faut bien avouer que la maison d'édition de l'amûr reste une mine d'or pour la rubrique Culture pourrie ! Aussi Ema a eu la cruauté gentillesse de nous dénicher quelques titres forts prometteurs, parmi lesquels celui dont je vais te parler aujourd'hui. Lorsque j'ai pris connaissance de l'existence de Cet étrange plaisir, je me suis ruée dessus. Sorti en octobre 2010 chez Harlequin, dans la collection Audace, ce... [Lire la suite]
15 novembre 2013

Plage, crustacés et PlanOrgasme : Culture pourrie au pays magique des phéromones

Depuis le vampire en mousse, ami lecteur, je n'avais plus mis de Harlequin à l'honneur sur ce blog. Comme je sais de source sûre que certains d’entre vous sont friands de ce genre de chroniques, j'ai eu le courage et la générosité de me sacrifier encore une fois en puisant dans le méandre des romans d'amûûûûûûûûr - mais non je n'exagère jamais mon héroïsme. Afin de « mieux » choisir l'ouvrage sur lequel j'allais me défouler, je me suis plongée dans nos anciennes harlequinades. Je me suis alors rendue compte que je m'étais... [Lire la suite]
26 juillet 2013

Le vendredi, c'est Culture Pourrie – le nanar archéologique chez Harlequin

Par une triste journée de pluie -en vrai il faisait bô, hein, mais tu me pardonneras ce goût de la dramatisation- je baguenaudais sur le blog et relisais quelques Culture Pourrie quand je me suis rendue compte que je n'avais pas descendu de vieux Harlequin depuis la Saint Valentin. Tu imagines ça ami lecteur ? Je me suis dit qu'il était plus que temps de remédier à cela et je suis partie en quête d'un bon nanar de la maison d'édition de l'amûr. Puis j'ai eu l'idée d'aller flirter du côté de l'âge de pierre du Harlequin ... [Lire la suite]
12 février 2013

Première romance pourrie de la semaine : harlequinade improbable

Comme nous te l'avions annoncé hier, les festivités commencent enfin : quatre jours aux criardes couleurs de la Saint Valentin. Tu as les yeux qui piquent ? Une vague sensation de nausée ? Et encore, je ne t'ai pas parlé du livre qui nous intéresse aujourd'hui. C'est -déjà- la deuxième édition de la semaine « Romance pourrie » sur ce blog. Nous avons prévu moins d'articles mais des gratinés. Dans ce contexte où pleuvent les petits cœurs roses et les cupidons tout nus et tout dodus, il nous semblait primordiale... [Lire la suite]