je suis une légende

Édition : Folio SF

Parution : 1954 pour la première édition, 2001 pour la présente

Genre : Science fiction

     La plupart d'entre nous connaît Je suis une légende sous sa forme cinématographique avec Will Smith dans le rôle principal. J'avais moyennement apprécié le film à l'époque, mais à force d'entendre que le roman n'avait rien à voir avec son adaptation, j'ai finalement décidé de qu'il était temps de partir à la chasse aux vampires avec Robert Neville.

    « Chaque jour, il doit organiser son existence solitaire dans une cité à l'abandon, vidée de ses habitants par une étrange épidémie. Un virus incurable qui contraint les hommes à se nourrir de sang et les oblige à fuir les rayons du soleil...Chaque nuit, les vampires le traquent jusqu'aux portes de sa demeure, frêle refuge contre une horde aux visages familiers de ses anciens voisins ou de sa propre femme.Chaque nuit est un cauchemar pour le dernier homme, l'ultime survivant d'une espèce désormais légendaire. »

    Dans les années 1970, un mystérieux virus a transformé la population en vampires. Dès le début du roman, on plonge directement dans le quotidien organisé de Robert Neville. La journée, il sécurise sa maison, répare les dégâts causés pendant la nuit, cherche à manger et tue au passage tous les vampires endormis qu'il trouve. La nuit, il se calfeutre du mieux qu'il peut pour survivre aux attaques ennemies, essayant de dormir tant bien que mal. Petit à petit, sa solitude et les souvenirs de sa vie d'avant vont le faire sombrer dans l'alcool -on est bien loin du personnage idéalisé du film-. Pourtant, malgré son envie d'en finir, il va essayer de comprendre le virus grâce à des ouvrages « empruntés » à la bibliothèque et pourquoi pas trouver un remède à l'épidémie.

     Richard Matheson nous livre un roman sombre et haletant, pas un seul instant on ne s'ennuie, surtout grâce à la plume fluide de l'auteur et cette vision du vampirisme résolument moderne. La fin est à la fois surprenante et parfaite, et le titre prend tout son sens. Je suis une légende à été un coup de cœur et je prendrais plaisir à le relire.

    Note : 18/20