Devenir clair


Édition : Piranha

Parution : 2013 pour l’édition originale

Genre : Essai, société, enquête

 

        S’il y a bien une chose qui ne change pas au fil des années, c’est mon amour des livres et ma tendance à les collectionner. Or je n’ai pas un budget illimité, loin de là. Mes achats sont donc choisi avec une prise de risque limitée, je ne vais pas dépenser vingt euros pour un bouquin qui risque ensuite de ne plus jamais sortir de mes bibliothèques. Voilà pourquoi j’ai renouvelé cette année encore mon inscription à la médiathèque de ma ville. Chacune de mes expéditions est l’occasion d’exercer une curiosité sans filet. C’est là-bas que j’ai découvert l’ouvrage Devenir clair et lu le résumé :

Deux personnages sont au cœur de l'enquête minutieuse que Lawrence Wright a menée pour écrire ce livre fascinant : le très inquiétant mais brillant auteur de science-fiction L. Ron Hubbard, dont l'imagination bouillonnante a accouché d'une nouvelle religion, et son successeur, David Miscavige, un homme rigoureux et déterminé qui eut la lourde tâche de poursuivre son œuvre.

Le lecteur est invité, médusé, à pénétrer au cœur d'une cosmologie délirante et de son langage très particulier. Il découvre la vie rocambolesque et captivante de son fondateur. Il suit le long combat juridique mené par l'administration fiscale américaine contre l’Église et ses richesses phénoménales. Il apprend comment et pourquoi elle courtise les célébrités telles que Tom Cruise ou John Travolta en même temps qu'elle relègue son bas clergé aux travaux forcés en vertu de « contrats » conclus pour des milliards d'années.

     Un essai sur la Scientologie, cette « religion » qui fait tant parler d’elle parce qu’elle s’est plusieurs fois retrouvée dans la presse people, à cause de quelques uns de ses adeptes. Sincèrement, je n’aurai jamais acheté ce bouquin. Non pas que l’enquête ne soit pas sérieuse… son auteur est un journaliste reconnu du New Yorker dont un des ouvrages, sur Al-Qaïda, La Guerre cachée, a reçu le prix Pulitzer. Non, si l’emprunt était la seule possibilité pour moi de lire Devenir clair, c’est simplement que ma curiosité sur la scientologie est mesurée. Oui, j’avais envie d’en savoir plus mais pas au point de me lancer dans une documentation minutieuse et onéreuse. Avec ses 400 pages dotées de petits caractères, l’ouvrage de monsieur Wright me faisait aussi craindre l’ennui… Est-ce que plusieurs heures de lecture sur une question qui m’intéresse sans me passionner ne serait pas une épreuve ?

     Oui mais… Ne lève pas les yeux au ciel ami-lecteur, tu me connais assez pour savoir que je vais m’expliquer très vite.

     Le premier élément qui m’a beaucoup plu dans Devenir clair, c’est la double trajectoire que nous offre le journaliste. J’avais peur de découvrir une « simple » biographie du fondateur de la scientologie, L. Ron Hubbard. Or si monsieur Wright détaille l’existence de ce dernier, il nous parle aussi de Paul Haggis, scénariste, qui resta 34 ans dans l’Église avant de la quitter avec quelques retentissements médiatiques. Cette seconde trajectoire nous permet, entre autres, de comprendre les mécanismes mis en œuvre pour attirer d’éventuels adeptes puis les ferrer.

      Ensuite, l’enquête faite par le journaliste est plus que sérieuse. Fourni, documenté, foisonnant, Devenir clair nous donne à lire de nombreux faits et témoignages. Oui, le travail de Lawrence Wright est bien celui d’un journaliste. D’ailleurs j’ai été admirative de la capacité de ce dernier à livrer un ouvrage finalement assez neutre. Le journaliste nous donne son avis et n’est jamais dans le dénigrement. Quant à la seconde partie, elle est sans sans doute celle qui m’a le plus fascinée puisqu’elle aborde la place de Tom Cruise dans l’organisation ainsi que la période post L. Ron Hubbard, mort en 1986.

      Comme je l’ai dit le travail de Lawrence Wright est celui d’un professionnel du journalisme, ce que j’approuve totalement. Pourtant c’est ce même aspect qui est le plus grand « défaut » du livre. J’ai sans doute lu trop vite ce dernier, en quelques jours, là où il aurait fallu aller plus lentement. Car le texte est celui d’un essai : un peu sec, un peu indigeste. Ce qui, à première vue, m’intéressait le plus était la doctrine de la scientologie or ce sont les passages les plus arides, les plus ardus. Il faut dire que je ne m’attendais pas à des croyances aussi excentriques. Je pensais naïvement qu’une secte – car oui je considère cela comme une secte- ayant autant réussi devait offrir une certaine logique dans sa mythologie. Sauf que non, vraiment pas…

      Devenir clair est sans doute un livre indispensable pour qui veut s’informer sur la scientologie mais il est justement à réserver à ceux qui veulent en savoir beaucoup car c’est une lecture qui peut se révéler un peu sèche.

 

Note : 14 / 20