wot 1wot 1

 

Édition : Bragelonne

Parution : Octobre 2018

Genre : Fantasy

    S'il y a bien un genre littéraire que j'aime tout particulièrement, c'est la fantasy. Pourtant j'ai mis des années pour me décider à lire la saga de Robert Jordan. Quelle erreur ! Dès le premier tome je me suis plongée dans les aventures de Rand et ses amis et je ne posais mon livre qu'à contrecœur.

     « C’est la Nuit de l’Hiver dans la contrée de Deux-Rivières et, en ce soir de fête, l’excitation des villageois est à son comble. C’est alors qu’arrivent trois étrangers comme le jeune Rand et ses amis d’enfance Mat et Perrin n’en avaient jamais vu : une dame noble et fascinante nommée Moiraine, son robuste compagnon et un trouvère.De quoi leur faire oublier ce cavalier sombre et sinistre aperçu dans les bois, dont la cape ne bougeait pas en plein vent…Mais, quand une horde de monstres sanguinaires déferle et met le village à feu et à sang, la mystérieuse Moiraine devine qu’ils recherchaient quelqu’un : pour les trois amis l’heure est venue de partir. Car la Roue du Temps interdit aux jeunes gens de flâner trop longtemps sur les routes du destin... »

    Je te le dis tout de suite, ami lecteur, la saga de la roue du temps est un classique de la high fantasy. Robert Jordan reprend les codes vus et revus des gentils paysans habitant un trou paumé qui vont devoir partir à l'aventure et se découvrir des destins exceptionnels. Pourtant il arrive à s'approprier ces clichés et à en faire un récit prenant dès les premières pages. Si quelques longueurs descriptives lui ont souvent été reprochées j'ai, pour ma part, adoré me plonger dans cet univers riche et à aucun moment je ne me suis ennuyée. L'écriture de Jordan est fluide, plaisante et tous les détails qu'il nous donne nous permettent de visualiser chaque cité et les différentes architectures qui les caractérisent sans pour autant alourdir le récit. Je préviens par contre qu'il faut quand même s'accrocher un peu avant d'assimiler tous les âges qui se succèdent, tissés par la roue du temps et l'éventail de personnages présentés par l'auteur.

    Ce qui fait également la force de Robert Jordan, c'est la caractérisation de ses personnages. Rand et ses amis Mat, Perrin, Nynaeve et Egwene sont attachants et j'ai aimé voir leur évolution tout au long de ce premier tome. Moraine l'Aes Sedai -qui s'apparente à une magicienne- et son mystérieux champion Lan m'ont également beaucoup plu et j'ai hâte d'en savoir plus sur leur relation. Contrairement à nombre de récit de fantasy où les héros sont hyper badass dès le début, ici les protagonistes sont dépassés par tout ce qui leur arrive, rendant leurs actions cohérentes et nous permettant de mieux nous identifier.

    L’œil du monde est un prélude à une fresque prometteuse et je n'ai qu'une hâte : découvrir très vite la suite.

    Note : 18/20