41Qf1uumXQL

 

Édition : Milady

Parution : décembre 2015

Genre : Romance érotique

 

       Peu de temps après la reprise de cet espace, tu avais eu l'occasion, ami-lecteur, d'apprendre que j'apprécie la lecture de romances érotiques. En effet, j'avais chroniqué le premier tome de la série Riders de Lorelei James. Cette critique, que tu peux retrouver ici, se terminait sur un bilan mitigé. Une romance sympathique mais dont les héros restaient un peu fades. Pourtant, je précisais que certains personnages secondaires avaient retenu mon attention dont Gemma, une veuve plutôt touchante. Or voici le résumé de l'opus qui nous intéresse aujourd'hui :

       Après la mort de son mari, Gemma Jansen s'occupe seule de son ranch dont viennent les plus belles bêtes de rodéo. Mais il y a beaucoup à faire alors Gemma embauche un ancien champion de rodéo pour lui venir en aide. Cash accepte cette proposition à condition que leur relation ne soit pas strictement professionnelle. Le jour, c'est elle qui tient les rênes, la nuit c'est lui. Gemma est attirée par cet homme plus jeune qu'elle dont les désirs sont indomptables...

       Tu imagines bien, ami-lecteur, que j'étais emballée à l'idée de savourer l'histoire de Gemma. Mais qu'en est-il au terme de ma lecture ?

      Déjà je dois préciser que l'ouvrage est en réalité consacré à deux couples. Comme prévu Gemma et son employé très particulier commence une liaison passionnée, sauf qu'en parallèle -et aucunement au second plan- se développe une histoire entre Macie -la fille de Cash- et Carter, qui n'est autre qu'un des frères du héros du premier tome, Colby.

      Sincèrement l'idée de mettre deux couples à l'honneur dans un même récit est une très bonne idée. Du moins elle le serait si j'étais parvenue à m'intéresser autant aux deux.

      La grande force de madame James est sa capacité à nous offrir des héros imparfaits... Ainsi Cash, père absent, voir indigne, désire avant tout se rapprocher de sa fille. De plus j'ai aimé que Gemma ne soit pas une « jeune » veuve puisqu'elle a quarante-huit ans, soit dix ans de plus que son amant. Enfin, j'ai été soulagée en découvrant que l’héroïne s'éloignait des clichés des veuves de romance. En effet, ici point de premier mariage raté ou malheureux. Gemma et son mari s'aimaient et avait une sexualité épanouie. Combien de romances - érotique ou non- nous présentent une veuve dont la seconde histoire d'amour est -bêtement- justifiée par une union précédente malsaine et/ou frustrante ?

       Quant à Carter et Macie... Comment dire ? Je dois bien avouer que si la jeune femme ne m'a pas rebutée, son chéri par contre m'a insupportée. Ses imperfections me l'ont rendu détestable ! Le coup de l'artiste incompris et égoïste reste trop convenu et je n'ai pas trouvé que l'autrice parvenait à nous le rendre émouvant. C'est d'ailleurs là où on voit à quel point la construction et la caractérisation des personnages sont importantes dans la romance érotique. Si le travail n'est pas assez poussé, alors on se retrouve juste devant un alignement de scènes hot, comme dans un porno.

       Bien que l'ensemble reste inégal, je ne me suis pas ennuyée en lisant Chevauchée ardente. J'ai apprécié que Lorelei James prenne des risques et tant pis si ça ne fonctionne pas toujours. Enfin, on continue à croiser des personnages présents dans le premier tome et l'autrice parvient ainsi à nous donner envie de découvrir la suite.

 

Note Globale : 13 / 20