Cet étrange plaisir

 

      Les Harlequinades ont toujours eu une place de choix sur cet espace et il faut bien avouer que la maison d'édition de l'amûr reste une mine d'or pour la rubrique Culture pourrie ! Aussi Ema a eu la cruauté gentillesse de nous dénicher quelques titres forts prometteurs, parmi lesquels celui dont je vais te parler aujourd'hui. Lorsque j'ai pris connaissance de l'existence de Cet étrange plaisir, je me suis ruée dessus. Sorti en octobre 2010 chez Harlequin, dans la collection Audace, ce court roman est estampillé spéciale paranormal. Vu que ma seule incursion dans un Harlequin fantastique s'est soldé par un article très amusant à écrire, je ne pouvais pas laisser passer une telle occasion.

      Nous sommes en Louisiane, dans Le Bayou. La famille Vicknair produit des médiums depuis plusieurs générations, dont Monique, notre héroïne. Pour le moment, la donzelle est sur le point de baiser avec un mec de passage, mettant ainsi fin à six mois de chasteté involontaire. On est bien content pour elle.

      Sauf que sa grand-mère, Adeline, choisit cet instant pour l’appeler à l'aide. Sa grand-mère MORTE. Oui, oui. C'est elle qui, régulièrement, refourgue à Monique un fantôme à secourir. En général il suffit d'un ou deux jours pour aider l'esprit à passer de l'autre côté. Du coup Monique ne baise pas et laisse son partenaire en plan pour rentrer chez elle. Là, elle lit la lettre de sa mamie, son ordre de mission quoi... Si tu as bien suivi ami-lecteur, tu auras compris que Monique reçoit de la correspondance de l’au-delà. Classe ! La jeune femme doit s'occuper d'un certain Ryan Chappelle, coincé sur Terre. Pour pouvoir aller vers la lumière, Ryan doit.... apprendre à aimer. Oui, on dirait une parodie de Harlequin. Et une parodie un peu ratée.

     Bref, elle doit le faire passer de l'autre côté en lui apprenant à aimer... Tout ça en neuf jours. Sauf qu'à vingt-quatre ans, elle n'a jamais elle-même été amoureuse. Mais dans le monde merveilleux de la romance guimauve, ce n'est pas grave. D'ailleurs je pense apprendre bientôt à Ema l'art de la sculpture sur glace. Après tout, qu'importe que je ne sache même pas faire un bonhomme de neige potable...     

      Là tu vas me dire ami-lecteur : « Quoi ?! Alors l'histoire d'amour va avoir lieu entre une médium et un fantôme ? Genre un truc transparant et qui flotte ?! » Point d'inquiétude car Ryan n'est pas transparant, que nenni : Comme tous les fantômes, il ressemblait à n'importe quel être vivant, excepté le halo diffus autour de son visage, extrêmement séduisant. Des cheveux bruns, mi-longs, soulignaient la ligne virile de sa mâchoire qu'étirait un petit sourire irrésistible.

      Quand Monique rencontre le beau gosse mort, on comprend vite à quel point elle est en manque de sexe : Sans oublier les hanches étroites et les jambes interminables, moulées dans un jean. Cette simple vue procura à Monique une jouissance proche de l'orgasme. Heureusement qu'il y a le mot proche... Ouais, on était à seulement quelques lettres de l'orgasme lyophilisé. Un poil plus flippant que la maladie lyophilisée...

     Sinon le fantôme ne lit pas dans les pensées mais ressent quand même les émotions de sa médium (et inversement). Tel un Lassie de l'au-delà, il parvient à tout traduire et à tout exprimer. Du coup il sait que Monique est grave en manque d'orgasme et qu'elle n'a pas vu le loup depuis 6 mois. On apprend aussi que Ryan navigue entre les deux mondes depuis quatorze mois et qu'il ne veut pas, mais alors vraiment pas, passer de l'autre côté. Normal, c'est un ado attardé. Ouais. Même qu'il explique très bien à quel point il se prend pour un James Dean discount : Quatorze mois plus tôt, il avait peut-être arrêté de respirer, mais pas de vivre, et ce n'était pas maintenant qu'il allait commencer. Il s'amusait trop. La fureur de vivre passé à la moulinette Harlequin. Youpi.

     Là, je dois avouer que le coup du mec orphelin trop tôt, qui se promet de profiter de la vie, j'aurais pu l'accepter. Ouais. Même le machin truc du fantôme qui doit apprendre à aimer, j'aurais pu le tolérer – pas l'accepter hein, faut pas pousser les fantômes vers la lumière blanche-. Mais un truc n'est pas passé : son hobby depuis la mort. Il m'a laissé comme un goût de Smecta dans la bouche. Oui parce que son truc à Ryan c'est de donner du plaisir aux femmes. Sauf qu'il est mort. Du coup il s'introduit la nuit pour les tripoter jusqu'à l'orgasme. Le lendemain les demoiselles pensent avoir fait un rêve particulièrement chaud. Je répète : Ryan prend son pied en touchant des femmes endormies. Rien que ça... Si j'ai bien compris la philosophie de l'auteure, si les victimes ne sont pas au courant, ça ne compte pas. Balance ton porc mort... Ryan, qui ne semble pas voir où est le problème, explique tout ça à Monique.

       Prenons une petit pause ami lecteur pour imaginer un premier rencard :

           — Et tu as des hobbies ? Des passions ?

           — Ouais je kiffe rendre visite à des femmes endormies pour les tripoter, prendre mon pied, et filer avant qu'elles ne se réveillent.

      Voilà.

      Mais revenons-en à notre Harlequin tout pas mignon.... Ryan et Monique sont super attirés l'un par l'autre. Normal. Sauf que la médium ne veut rien savoir du fantôme et qu'en plus, il est interdit aux médiums de toucher les esprits. Ryan, qui est aussi équilibré que le mec de Shining avec sa hache, décide de voir ça comme un défi. Remarque, convaincre une donzelle d'écarter les cuisses c'est toujours mieux que de la tripoter quand elle dort...

      Le soir même, Monique n'a toujours pas de chance : les piles de son vibro sont mortes. On dirait un message de radio Londres version grivoise : Les piles du vibromasseurs de Monique sont mortes. Je répète, les piles du vibromasseur de Monique sont mortes. Bien entendu elle sait que Ryan serait tout à fait prêt à la soulager sauf que non seulement elle n'en a pas le droit mais elle le trouve trop imbu de sa personne. Oui, je sais, ami-lecteur, tu trouves sans doute que son ego boursouflé n'est qu'un détail à côté de son occupation maléfique de tripotage. On est bien d'accord...

     En dépit de tout cela, Monique désire le fantôme. Et vu que son vibro ne fonctionne peut-être plus, ben elle l'appelle. Parce que oui, après l'ado attardé tripoteur de filles endormies, voici la nymphomane incapable de résister au manque de sexe et/ou qui ne sait pas qu'elle peut utiliser ses mains.

     Ryan accourt donc mais vu que toucher un revenant est interdit par la convention de Genève des médiums, elle hésite. Finalement ils papotent et Ryan dit qu'il ne peut pas voir quelqu'un de nu sans l'accord de cette personne : Un voile vaporeux nimbe ton corps d'un éclat doré et te protège de ma vue, ou de celle de n'importe quel autre esprit. Personne ne peut te voir sans ton autorisation, je t'assure.

      Mettons de côté le fait qu'on ne puisse pas mater mais qu'on a le droit de toucher sans consentement et prenons quelques secondes pour admirer ce monde paranormal merveilleux qui parvient à ménager la pudeur américaine. Magiiiiiiie !

      Vu les réserves de Monique, notre presque galant fantôme promet de ne pas la toucher. Du coup il la fait jouir avec le vibro puis il se casse. À ce stade du roman, on comprend alors que Ryan n'est pas seulement paranormal parce que c'est un putain de fantôme. Nan. Il est aussi magique parce que : Car depuis la nuit dernière, elle avait compris qu'aucun homme en chair et en os n'arrivait à la cheville de Ryan Chappelle. Oui, un orgasme à la va-vite et hop, les autres n'existent plus ! En plus, voilà ce qu'il lui explique plus tard : Je n'ai jamais rien fait contre ta volonté, Monique. Je suis capable d'anticiper tes désirs, c'est tout. Je sais ce que tu veux et je suis même prêt à parier que je pourrais te procurer du plaisir sans qu'il soit même nécessaire que tu me guides. Ami-lecteur, tu sens le malaise du discours ?

       Finalement Ryan propose un marché à sa belle : si elle accepte leurs petites séances érotiques alors il collaborera. Bien entendu, Monique-en-manque dit oui. En parallèle, elle apprend que son frère, Dax, s'occupe d'une revenante restée sur Terre depuis trois semaines. Céleste est jolie, généreuse et morte. Du coup Monique se dit que ça pourrait coller entre elle et Ryan. Elle veut donc les faire se rencontrer.

     Après une séance de sexe télépathique parce qu'ils peuvent se toucher par l'esprit, rien que ça, j'invente rien c'est formulé ainsi dans le bouquin, Ryan accepte de rencontrer Céleste. Faut dire que Monique a un plan pour lui permettre de rejoindre la Lumière. Un plan tout pourri mais un plan quand même. Il doit se rapprocher de Céleste, la voir beaucoup, papoter et se livrer, partager des moments d'intimité avec elle. Comme ça il aura appris à aimer et pourra arrêter de hanter les petites culottes des vivantes, (je t'avais dit que c'était pourri). Ryan lui dit ok mais qu'il veut s’entraîner. Avec Monique. Tout est pourri à ce stade.

     Du coup Céleste et Ryan passent leurs journées ensemble alors que le fantôme rejoint Monique la nuit pour leur truc de sexe télépathique... Du coup Monique tombe amoureuse de lui. Ouais 3 séance de baise télépatholoqique et c'est l'amûr ! Aucun doute on est bein dans un Harlequin !

      Finalement il accepte de partir de l'autre côté. Là, Monique s'adresse à sa grand-mère pour lui demander l'autorisation de pouvoir faire l'amour au moins une fois avec Ryan avant son départ pour l'autre monde. Du coup elle reçoit une lettre avec écrit : permission accordée. Donc ils baisent. Ben oui. Deux-cents pages qu'on attendait... Puis s’ensuit une scène à la Harlequin, donc rien de renversant question érotisme. La seule originalité finalement c'est qu'il y ait un fantôme dans l'histoire. Après ça, elle lui demande comment il est mort puis elle lui avoue son amour. Bien entendu, il fait pareil et disparaît. Pfiuuuut, plus de fantôme !

       Comme on a pas encore eu assez de trucs ridicules, on a un passage magnifique sur la souffrance de l'héroïne : Monique, en revanche, avait opté pour le noir. Boucles d'oreilles noires, collier noir, robe noir, sandales de la même couleur. L'univers était noir. L'existence semblait très sombre, très vide et très... morne. Sans Ryan. […] Monique se mit en quête de l'unique mazagran noir de la maison, qu'elle emplit de café... noir. Là j'avoue que j'ai eu des doutes. Soit l'auteure se permet des sautes d'humour qui fleurent bon la parodie, soit... Soit c'est... Comment dire ? Pathétique.

     Bref Monique souffre. Là je me suis demandé comment le récit pourrait finir alors qu'il ne restait que quelques pages... Heureusement on a un deus ex machina de toute beauté. J'adore quand un élément sort d'on ne sait où pour dénouer le bordel ! Parce qu'alors que Monique broie du noir, qui se pointe comme une fleur ténébreuse ? Et oui, Ryan ! Car : D'après les autorités célestes, si un fantôme rencontre l'amour de sa vie alors qu'il est en route pour l'au-delà, les deux âmes sœurs ont la possibilité de s'unir dans le monde des vivants et de vivre ensemble jusqu'à ce que la mort, la vraie, les sépare.

    Bien entendu les deux n'amoureux enfin réunis pourront vivre toute une existence sous une pluie de petits cœurs et faire une horde de marmots entre deux missions de SOS fantômes coincés.

      Alors oui, ami lecteur, j'ai bien ri. Tellement qu'il faudra que je me renseigne si cette pépite de la romance pourrie a une suite...