Père Castor raconte-nous l'histoire de Culturo-Voraces...

 

Comme les samouraïs -version lâche et empotée-, je respecte irrémédiablement quelques règles de vie dont la stricte et raisonnable : « Pas de retour en arrière ». Cela vaut pour ma vie sentimentale -rester ami un ex ? Jamais de la vie !- comme pour le reste. Ce lieu, CulturoVoraces, faisant parti de mon passé, aurait donc dû rester un joli souvenir. Sauf que... Sauf que...

CulturoVoraces ne peut être considéré comme une anecdote. J'ai ouvert ce blog en juin 2011, publié le premier Culture Pourrie dès novembre et Ema, ma jumelle maléfique, m'a rejointe dans cette aventure à la même période. Au fil des années d'autres personnes ont collaboré à cet espace, jusqu'à une demi-douzaine en même temps !

Lorsque, après quelques soubresauts au milieu d'une longue agonie, le blog s'est éteint en 2016, le bilan m'a semblé énorme. 524 messages -dont 60 Culture Pourrie-, près de 4000 commentaires, presque 300 000 visites, bref cinq années de folie, de rires, de critiques, d'échanges, de passion.

Pourquoi avoir arrêté ? Parce que Ema et moi nous n'en pouvions plus. Le travail demandé grignotait la « vraie vie » et nous avions trop de projets personnels pour nous le permettre.

Mais la réalité étant ce qu'elle est, le destin ne nous a pas fait de cadeau depuis deux ans. Ema a dû se battre au quotidien contre les aléas de l'existence et, de mon côté, des problèmes de santé ont compliqué la donne.

Au milieu des orages, nous nous sommes rendues compte d'une chose : CulturoVoraces nous manquait. Cette bulle virtuelle nous permettait de tenir le cap dans la réalité. Alors pourquoi s'en priver ?

Alors voilà ami lecteur, sans doute avons-nous perdu tous nos fidèles, sans doute nous aurions pu créer un tout nouveau lieu, mais qu'importe ! Nous sommes de retour, bien déterminée à redonner une chance à ce lieu !

 

Nban

 

 Père Castor dis-nous qui sont les voraces...

 

Mais c'est quoi une vorace ?

L'injustice existe partout, même dans l'univers les plus fantasmagoriques. Ainsi certaines créatures fabuleuses accèdent à la gloire tandis que d'autres, à la mythologie plus pragmatique, échappent à toute notoriété. Si Nessie, le Loup-Garou ou encore Big-Foot cohabitent au panthéon de la cryptozoologie, certains de leurs congénères, tapis dans l'ombre, peinent à sortir de leur anonymat. Sous l'apparence d'une paisible trentenaire, la Vorace déambule parmi vous. Dans vos villes, vos supermarchés, vos quartiers. Fessier rebondi, cuissots gras, larges cernes, la Vorace a pour principale caractéristique son avidité de rire, de lecture et bien sur de chocolat. Certains obscures spécialistes, les même qui tentent de prouver que les vampires existent, pensent même que certaines Voraces pourraient officier sur Canalblog.

Et ça, amis lecteurs, ça craint.

 

032d0508

Ouais, les voraces ont peut-être un peu moins la classe...

 

AlterVorace

Créatrice du blog, elle aime organiser et planifier, ce qui fait d'elle la grande prêtresse du calendrier éditorial. Un peu snob dans ses avis alors qu'en vrai elle pleure devant des dramas. Articles sur tout et parfois n'importe quoi. Docteur es Culture pourrie romance.

Elle aime : être méchante gratuitement, les livres, le yoga, essayer de tout contrôler, Ema, son ordi, le chocolat et la clope, écrire, la méditation et lire du Sharon Kena à haute voix pour Ema

Elle déteste : les pieds, Marc Lévy, les gens, les choux de Bruxelles, ceux qui commencent leurs phrases par « Si j'étais à ta place » et les tongs -non mais sérieusement quelle personne saine d'esprit aime avoir un truc entre les orteils?!-

 

coyott1094714385tongs

Mais pourquoi ? Pourquoi ?!

 

Ema

Acolyte maléfique d'AlterVorace depuis les débuts, elle aime particulièrement mettre cette dernière en rage en rendant ces articles à la dernière minute. Spécialiste des nanars depuis presque vingt ans, elle adore scalper les mauvais scénarios et les cascades ridicules. Docteur es Culture pourrie nanar des pays exotiques.

Elle aime : la bière, les livres, jouer à la console, cuisiner et manger des trucs véganes, fumer des clopes avec AlterVorace, le yoga, Netflix et surtout les chaussures.

Elle déteste : le lundi matin, la foule, les baskets compensées et les tripes -c'est pas végane-