01 mars 2016

Mardi sur écran : Animal – Pilote de série

Mardi sur écran : Animal – Pilote de série

animals-poster-4

Pays : États-Unis

Date  : 05 février 2016 (pour l'épisode)

Genre : Animation, comédie

Chaîne de diffusion : HBO

Crée par : Philip Matarrese et Mike Luciano

Format : 22 min

Avec : des animaux

 

Bien que ma boulimie de séries ne soit toujours pas relancée, je garde toujours un œil sur les nouveautés de certaines chaînes, dont HBO. Si Animals, lancée début février, a retenu mon attention, c'est pour d'abord parce que c'est un format court, 22 min, et que, dans mon quotidien trépidant, ça m'arrange. Ensuite parce que c'est une série d'animation pour adultes...

La vie et les discussions du quotidien des animaux qui peuplent nos villes. Que ce soit des pigeons se questionnant sur leur genre, des rats languissants ou bien des punaises vieillissantes, leurs problèmes sont étrangement similaires aux nôtres. [résumé Allociné]

Ne cherche point les teintes de l'arc-en-ciel dans Animals, ami lecteur, le trait est gris et sombre. Seules quelques touches de couleur agrémentent le graphisme. On est sur HBO après tout... qui se revendique moderne, réaliste et urbaine. Bref, LA chaîne qui sait vendre le glauque comme de l'Art (cf la critique de Girls).

Canapé

Mais ici rien à reprocher à ce choix : il cadre avec l'argument de la série, à savoir mettre en scène les animaux des villes dont le quotidien, sordide, rappelle forcément le nôtre. Dans ce pilote, l'humain n'est que peu représenté et seulement à travers le regard des rats que cet épisode met en avant.

Oeil

Animals s'en tire plutôt, irrévérencieuse sans être trash, la soirée de rats à laquelle on assiste nous montre des pastiches assez cocasses et grinçantes pour nous faire tenir vingt-deux minutes devant l'écran.

Doigt

Bien sûr, la caricature n'est guère subtile, allant du DJ pathétique,

DJ

au puceau aux aguets, en passant par le dealer à la petite semaine.

Drogue

Personnellement, et malgré un format court, j'ai surtout apprécié le début et la fin de l'épisode, plus pertinents à mes yeux que la fête en elle-même où le scénario patine un peu dans les égouts.

Crakass

Finalement le scénario, qui se contente de faire défiler des saynètes pleines d'ironie, offre une animation en adéquation, plutôt statique. Ce manque de mouvement, justifié par les choix narratifs, frôle trop souvent l'ennuyeux à cause des dialogues qui manquent de piquant. Restent quelques chouettes trouvailles et un ton auquel j'avoue être particulièrement sensible. Animals dispose d'encore neuf épisodes pour me prouver que ces faiblesse ne sont que des travers passagers...

 

NOTE GLOBALE : 13 / 20


Commentaires sur Mardi sur écran : Animal – Pilote de série

Nouveau commentaire