les-rapports-cheshire-red,-tome-1---bloodshot--340433-250-400


Édition : Panini Books

Collection : Crimson

Parution : 2013 pour la traduction

Genre : Bitlit / thriller

 

Le plus souvent j'alterne les lectures et les genres. Ainsi, après avoir savourer Karoo, je voulais du léger, du divertissant, de l'imaginaire. Et comme il y avait un petit moment que je n'avais pas passer un moment avec les vampires, je me suis décidée pour de la bitlit....

Raylene Pendle, allias Cheshire Red, est une vampire et une voleuse de renommée mondiale. D’une nature solitaire, elle évite généralement ses semblables. Malgré tout, elle décide d’aider le vampire Ian Stott. Il a besoin de retrouver des documents secrets du gouvernement qui décrivent les expériences biologiques qu’il a subies et qui l’ont rendu aveugle. Raylene accepte sans imaginer qu’elle va être poursuivie par des scientifiques qui préféreraient garder leurs secrets. Cette affaire risque d’être bien plus compliquée que prévu !

J'ai vécu ce moment comme un retour aux sources dans l'univers de la bitlit. Il faut dire ami lecteur qu'une des premières séries que j'ai découverte était celle d'Anita Blake -qui n'a cessé de me décevoir par la suite...-. Ici, j'ai retrouvé ce qui m'avait alors charmée chez l'héroïne dans les premiers opus : une fille forte et pleine d'humour. Si la majorité des ouvrages du genre nous offre des récits à la première personne, ce choix est souvent prétexte à d'interminables interrogations amoureuses. Ici point de romance -ou si peu-, seulement une vampire grande gueule et névrosée plutôt attachante dans son genre. L'enquête reste mignonne -même si sans surprise- et on se prend à tourner les pages avec pas mal de plaisir.

Un premier tome prometteur même si je réserve mon jugement au vu de mes très nombreuses déconvenues dans le domaine.

Tiens pour te donner une idée du genre de Bloodshot, je t'offre les premières lignes du récit qui reflète bien le reste :

« Si je vous racontais les trucs de dingues que mes clients me demandent de voler, vous n'en croiriez pas vos oreilles.

Des vieux trucs, des neufs aussi. Des trucs chers, des trucs rares, des trucs bien dégueulasses même.

Ces derniers temps, c'était des trucs vraiment pas nets.

On a tous entendu parler de personnes qui regrettent leurs tatouages. Et bien moi, je préférerais vivre une éternité avec Titi gravé sur le cul plutôt que de savoir qu'il existe un film de boules dans lequel mon nom est cité au générique, et mon compte en banque me dit que je ne suis pas la seule dans ce cas. J'ai dû récupérer trois sextapes au cours des huit derniers mois, et une affaire du même type m'attend encore sur mon bureau. »

 

Note Globale : 13 / 20