Dans le cadre de The Challenge, Histoires de temps et avec la permission d'Alter, j'aimerais parler d'un drama qui me tient à cœur, Faith. 

 

TheGreatDoctorKoreanDramap1-copie-1
 

Titre : FAITH

Titre réel alternatif : Shinui 

Réalisateur : Kim Jong-Hak 

Scénariste : Song Ji Na

Chaîne de diffusion : MBC

Genre : Romance - Historique - Fantastique 

Épisodes : 24

Date de sortie : Août 2012 

Jours et heure de diffusion : Mercredi et Jeudi à 21h55

Langue : Coréen 

Pays : Corée du Sud

 

 

Synopsis :

700 ans avant notre ère, dans un Goryeo sous l'égide de la Chine, le Roi Gong Min, est désigné comme l’énième successeur au trône. Accompagnés de leurs gardes royaux, le Roi et la Reine (une princesse d'origine chinoise) traversent le pays pour rejoindre la capitale. Comme dans toutes les monarchies instables, les différentes factions tentent d'ôter la vie au couple royal et la Reine est grièvement blessée malgré les précautions de son escorte. Le mèdecin royal incapable de la sauver ne voit qu'une intervention divine pour éviter la mort de la Reine et la guerre qui en résulterait avec la Chine. Non loin du lieu de l'attaque, une porte mène au «Ciel». Ce passage, sorte de faille spatio-temporelle, est le seul moyen de trouver de l'aide des instances supérieures. Le capitaine des gardes (Daejang), se voit alors confier la mission de revenir dûment accompagné. Il traverse et se retrouve dans le Séoul du 21ème siècle à la recherche d'un médecin divin. Le destin l'amène jusqu'à une convention de chirurgiens esthétiques et jusqu'à une certaine Yoo Eun Soo...

 

 

faith-episode-20-caps-1

 

Si j’adore ce drama (mention + à l’ost), il faut reconnaître qu’au départ il n’est pas facile de l’apprécier totalement. D’abord, parce que certaines scènes sont maladroites et que le mélange historico-fantastico médical n'est pas toujours très heureux. Pour la petite histoire, Song Ji Na (la scénariste) a dû profondément remanier le scénario pour l'adapter aux coupes budgétaires drastiques et aux changements d’acteurs (Lee Min Ho venait après Lee Joon Ki et Kang Ji-hwan). 

 

Voici ce qui était initialement prévu : https://www.youtube.com/watch?v=T-NeH-Uo0Ro  

et  voici ce que c’est devenu : https://www.youtube.com/watch?v=NAkwBtL-iNI  

 

On comprend que le réalisateur ait été passablement agacé et difficile à gérer quelque temps. Rajoutons à ces difficultés, une sauce médicale très en vogue en 2012 qui les a conduits à être accusés de plagiat avec Docteur Jin et vous aurez un portrait assez complet de leurs débuts chaotiques. 

 

Forcément touchés par ces déboires, les acteurs ne sont pas à l’aise et ça se voit. Lee Min Ho, qui si je l'adore n'a jamais eu un jeu renversant, est quasi inexpressif tandis que sa future «partner» en fait trois fois trop. Le déséquilibre engendré par ces deux manières de jouer est parfois pénible (et je ne parle pas de Jo II Sin (Lee Byeon) dont le jeu outrancier donne juste des envies de meurtre). Donc, nous avons un Choi Young impavide et une Yoo Eun Soo au bord de l’hystérie mais c’est promis, ça ne dure pas. Lentement, le drama et la magie de leur histoire s'installe. Yoo Eun Soo en fait moins, Daejang s'anime un peu et Jo II Sin finit par disparaître (ouf). On passe de l'énervement à l'admiration, de la tendresse à l’amour. Et oui, rien de moins ^^ Eun Soo malgré ses excès ne s’en laisse jamais compter. Elle est courageuse, déterminée, elle fait ce qu’elle veut, quand elle le veut et ça, c’est très agréable. J’ai adoré voir l’étonnement agacé de Daejang se muer en respect puis en affection pour cette femme étrange qui ne se soumet à personne. J’ai savouré aussi l’évolution du regard de Eun Soo sur son « psycho», la compréhension puis la confiance sans borne qu’elle finira par lui accorder. Une des plus jolies scènes selon moi, se situe juste après un combat contre Gi Cheol, quand Eun Soo cherche à prendre la main gelée de Choi Young et qu’il refuse parce qu’il ne connaît que le contact du combat. Les larmes qu’elle verse, la tiédeur de son souffle sur son engelure, donne une idée de la justesse de leurs interactions et de la double lecture souvent présente dans ce drama. Il faut donner du temps à Eun Soo et Daejang mais si vous le faites, ils vous le rendront au centuple. Le Roi et le Reine, les deux autres personnages centraux sont quant à eux, en partie leurs opposés, en ce sens que notre attachement est quasi immédiat et si on s'accroche au départ, ils y sont pour beaucoup. Á elle seule, leur histoire aurait mérité un drama.  

 

Que dire des autres personnages si ce n’est que dans l’ensemble, ils sont assez manichéens, les méchants désignés le restent jusqu'au bout, pas d'évolution dans leurs actes ou de salut possible. Je dirais même que s'il est vrai qu'il existe trois sortes de mal alors Gi Cheol, Sa Mae et Eum Ja pourraient assez bien les représenter. Ainsi, Gi Cheol serait le mal métaphysique, celui qui résulte de l’imperfection des hommes et de leurs actes. Il cherche un monde plus grand, plus fort, meilleur, pour le devenir lui-même. C’est un enfant gâté (servi par les mimiques hilarantes de Yu Oh Seong) sans cesse à la recherche d’un nouveau jouet. Il cherche comme nous, mais avec une avidité insatiable, l’inaccessible et la perfection et ces deux se rejoignent à travers Eun Soo et la porte. Il souffre d’un vide spirituel et pense qu'en atteignant un monde rempli de choses qui volent, qui éclairent etc, le vide se comblera. Il s'étonne et ne croit pas une seconde Eun Soo quand elle lui révèle que dans son monde aussi, il y a des personnes qui commettent l'erreur de croire qu’accumuler les  biens remplira leur vie. 

Eum Ja serait quant à lui le mal physique, celui qui provoque la douleur, qui blesse dans la chair, qui tue. C’est un assassin froid, sans âme. La seule capable de le toucher, c’est Sa Mae. Celle-ci est la dernière du trio et représente le mal issu de la perversion morale, ce qu’on appelle le goût du vice et de la corruption, elle prend plaisir à la souffrance qu’elle inflige. C’est à mes yeux, la plus effrayante. 

 

Faith est une histoire intemporelle, d’amour, de destinée et de foi. Le temps a des conséquences mais pas d’emprise sur elle. Passé, présent, futur, se confondent en une courbe, un cercle qui se meut sur lui-même en spirale. Cercle que l’on peut voir dans le déroulement des événements (Eun Soo n’en est pas à son premier voyage) et qui est représenté davantage comme un tunnel que comme une porte (montrant en cela qu’inconsciemment nous savons que la représentation du temps aussi bien que de l’espace est ronde). Est-ce à cause de de ce mouvement cyclique, de cette boucle, que l’esprit de Eun Soo garde un écho des événements ? En tout cas, la possibilité pour l’héroine de garder une mémoire «génétique» inconsciente mais accessible de ce qui s'est produit est très agréable car elle permet de penser que le libre arbitre de Eun Soo ne lui est pas totalement enlevé. 

 

On a demandé à la scénariste pourquoi selon elle, Gi Cheol est incapable de traverser, alors que Eun Soo et Choi Young n’ont aucun problème à y parvenir. Voici sa réponse : Gi Cheol ne peut y arriver car il est incapable d’avoir la foi, il est vide et sa destinée (être oublié) n’en est que le reflet. 

Pour conclure, je rajouterai que Choi Young a réellement existé. On peut de nos jours encore se recueillir sur sa tombe qui, fait rare pour l’époque, a accueilli aussi sa femme. Une partie de l’inscription est effacée mais on peut y voir encore le début de son prénom... Eun Soo. Magique quand un petit bout de la réalité rejoint la fiction, non ?