Nos proches et nos plus fidèles lecteurs le savent, Ema et moi continuont à lire les romans de madame Kena. Si tu ne vois pas de qui je parle, va faire un tour dans la rubrique Culture Pourrie, tu comprendras.

Oui ses romans sont une infamie, oui notre belle langue y est malmenée jusqu'à la nausée, et pourtant on passe peu de semaine sans nous plonger dans son piètre univers. Pourquoi ? Comment ? Parce qu'avec Ema, on doit à Sharon certains de nos plus mémorables fous rires. Je lui devais donc bien un hommage.

Je me suis donc amusée -oui j'ai le passe-temps singulier- à écrire une ballade à sa gloire. Ouais. Donc voilà :

 

La Ballade de Sharon

Une ballade en son honneur

Lorsque l'on connaît nos chroniques

Peut te paraître un peu crâneur

Mais je paie malgré les critiques

Pour tous nos rires messianiques.

Car tous ses romans sans scénar

Font d'une dinde héroïque

Le beau fleuron de nos nanars.

 

Elle sauve souvent nos humeurs

Des flots noirs de la tragédie

Et notre colère se meurt

Dans l'involontaire comédie

De mythes si bien enlaidis,

D'érotisme de lupanar.

Rire change sa maladie

En beau fleuron de nos nanars.

 

Il me semblait bien normal

De célébrer une minute

Le talent de cet animal

Sans faire ma langue de pute.

Je le dis sans verve trop brute

L'ambroisie devient du pinard

Faisant de celle qu'on chahute

Le beau fleuron de nos nanars.

 

Prince sans gloire et sans culture

Gourdes et laides créatures

Vampires Curly et vils connards

Peuplent l’œuvre sans fioriture

De ce fleuron de nos nanars.

 

Je devrais peut-être me remettre au tricot....