30 janvier 2014

Violette taille mannequin – Violette tome 01 – Melissa Walker

21617775_2673406

Édition : Calmann-lévy

Parution France : 2009

Genre : récit Clearasil® / jeunes filles en fleur

 

Depuis le temps maintenant que je tiens ce blog, j'ai dû écrire plus de 200 critiques de livres. Oui, rien que ça. Et je mets un point d'honneur à toujours faire une petite introduction. Au fil des mois, trouver à chaque fois comment attaquer un article devient parfois laborieux. Particulièrement ici. Pour tout t'avouer ami lecteur, j'ai hésité aujourd'hui à inclure le résumé de l'ouvrage qui nous occupe. Pourquoi ? Parce que je ne suis pas très fière d'avoir lu ce livre hors cadre culture pourrie. Car oui, j'ai lu volontairement ce roman. Et oui, j'admets que la critique plus que négative que je m'apprête à écrire était presque courue d'avance vu la quatrième de couverture. Je ne me justifierai pas. Après tout, quand on lit du Sharon Kena pour se marrer, on ne peut plus vraiment se trouver d'excuses...

"Eh bien, ma belle, les castings d'automne commencent bientôt, et je crois que tu vas faire sensation. Je dirais même que tu vas être LA sensation. Tu es occupée le week-end prochain ? Qu'est-ce que je raconte ? Bien sûr que non, puisque tu es au lycée. Il faut que je parle à tes parents, je te prends un vol pour New York vendredi soir, retour dimanche. Et si j'ai mon mot à dire dans cette histoire, Violette Greenfield, je peux te jurer que tu seras la prochaine Kate Moss. En plus grande, bien sûr. Et sans ce fameux problème de cocaïne... Enfin j'espère !" Voilà comment je me suis retrouvée dans un avion pour New York, avec en poche la carte de visite de cette fameuse scout pour l'agence de mannequins Tryst Models. Moi, Violette, la grande fille maigrichonne à lunettes, que personne n'a jamais regardée. Et vous savez quoi ? Maintenant qu'Angela Blythe m'a remarquée, j'ai bien l'intention que le monde entier en fasse autant !

Restons simple : si tu as plus de 13 ans et/ou que tu n'aimes ni le milieu de la mode, ni les clichés, passe ton chemin et ne plonge pas ton nez dans ce bouquin. Sinon, ben, ne lis pas cet article, tu pourrais penser que je ne suis qu'une connasse snobinarde et tu aurais raison.

Je ne vois aucun intérêt à ce roman. Si j'étais une gentille blogueuse pleine de tendresse envers tous les livres, quels qu'ils soient, j'aurais dit que je ne suis pas la cible de l'ouvrage. Que j'ai plus de trente ans, que la question des fringues m'indiffère totalement -pour tout te dire, je pense sérieusement à acquérir un plaid à manches pour mes soirées dvd, alors...-, que je n'ai nul besoin de perdre mes illusions sur le mannequinat. Mais je ne suis pas une gentille blogueuse.

Ce roman est tellement fade qu'on se croirait dans un téléfilm d'M6 de l'après-midi. Tout y est : l'héroïne complexée qui sera finalement choisie pour les défilés de mode et qui devra comprendre que l'important ne réside pas dans les paillettes. La méchante qui se révélera juste être une gamine en souffrance et seule au monde et qui découvrira l'amitié. Le bôgosse manipulateur qui se servira de notre Cendrillon chaussée de bottes Prada. Le meilleur ami qui aidera Violette à retrouver les valeurs qui comptent et qui se révèlera être un Namoureux potentiel. Le seul avantage de ce petit bouquin ? Ce n'est pas fatiguant d'enfoncer les portes ouvertes déjà cent fois. Je ne nie pas qu'il est bien que les jeunes filles en fleur se rendent compte que toute médaille a ses revers, que les paillettes cachent bien des pièges. Mais n'était-il pas possible de transmettre le même message sans pour autant tomber dans la mièvrerie discount ? Je ne parle même pas de subtilité, je n'en demande pas tant, juste de sortir un peu de la caricature.

L'ouvrage est le premier opus d'une saga. Il se peut que la suite soit meilleure mais je ne le saurai jamais. Je n'en ai pas la force.

 

Note Globale : 04 / 20


Commentaires sur Violette taille mannequin – Violette tome 01 – Melissa Walker

    Un livre que je n'aurai pas à lire !!

    Posté par doriris1970, 30 janvier 2014 à 12:54 | | Répondre
    • Tu as vu comme je suis gentille de ne pas donner envie de lire... Cette critique est économique.

      Posté par AlterVorace, 30 janvier 2014 à 13:14 | | Répondre
  • Ton "et tu aurais raison" m'a achevée !! Merci

    Posté par Sephirotha18, 30 janvier 2014 à 16:06 | | Répondre
Nouveau commentaire