12444166

Édition : J'ai lu

Parution : 2013

Genre : Urban Fantasy

 

Des mois d'attente depuis la lecture du dernier opus des Chroniques de Mackayla Lane... Des mois à se dire que peut-être ce sera une grande déception. Une tragédie. Un drame. Quand on a aimé un univers, on en veut toujours plus, au risque de tomber de haut. Et combien d'auteurs n'ont pas su s'arrêter à temps ? Bref, en attendant cette sortie j'ai oscillé sans cesse entre impatience et crainte...

J’ai découvert un truc complètement dingue : mourir c’est de la rigolade. Ce qui craint un max, c’est de revenir à la vie...

Mon nom des Dani Mega O’Malley. Mon chez-moi, ce sont les rues de Dublin. La ville est une zone de guerre, les faës sont libres de nous chasser, il n’y a pas deux jours semblables et sans Mac, rien n’est plus pareil. Pourtant, je ne préférerais vivre nulle part ailleurs.

 

Avis d'AlterVorace :

Hiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiii !

 

Et voilà.

 

Il se pourrait néanmoins que je manque un tantinet d'objectivité.

 

NOTE GLOBALE : 17 / 20

 

Avis de Sephirotha :

Pour ma part, grosse déception…

Dire que j’avais aimé les 5 tomes des Chroniques de Mc Kayla serait un euphémisme. J’avais A-DO-RÉ !!! J’étais tombée amoureuse de Barrons tous les personnages, ils m’avaient emportée dans un autre univers, et je serais volontiers restée encore un peu plus longtemps avec eux. Je ne vous parle même pas de ce que j’ai pu ressentir quand j’ai appris qu’il y aurait une suite. Et narrée par Dany en plus ! Je me régalais d’avance, et attendre des mois durant n’a fait qu’accentuer mes espérances. J’étais même prête à le lire en anglais ! Bon une fois devant le livre, je me suis dégonflée ok… Bref, tout ça pour dire que c’était LE livre de l’année 2013 que j’attendais avec le plus d’impatience.

Une fois la version française en mains, j’ai enchainé la dizaine de premiers chapitres, puis assez vite mon excitation est retombée. Iced n’était pas non plus devenu mon partenaire de métro uniquement, mais j’avoue avoir trouvé que l’histoire s’essoufflait trop vite. On tournait en rond entre Dany (logique, non ?), Dancer un compagnon de celle-ci que je n’arrivais pas à apprécier malgré toute ma bonne volonté, Christian qui depuis le tome 5 me sortait par tous les orbites possibles et enfin Ryodan. Heureusement ce dernier, dans la lignée de Barrons, de par son caractère et ses mystères, a réussi à tenir mes sens en éveil. Quant aux 2 personnages féminins secondaires : j’avais l’impression d’avoir à faire aux pestes des dramas, même si pour chacune d’elle leurs actions étaient justifiées voire justifiables (à l’inverse généralement des PestesDeDrama !). Vous comprendrez que ma déception face à Iced est majoritairement liée à ses personnages qui n’avaient, à mon goût, aucun attrait.

A mon avis Karen Marie Moning a eu la main trop lourd sur l’aspect romance qui avait si bien fonctionné dans ses précédents tomes. Mais ce n’est plus Mac et encore moins Barrons, et ajouter des prétendants dans tous les sens n’est pas forcement la meilleure solution pour faire monter la tension du lecteur.

Bon, n’allez pas croire que ce livre est à mettre directement à la poubelle, loiiiin de là. Même si je me suis ennuyée par moment, l’humour (bien que moins présent qu’avant) reste un des piliers centrale de l’œuvre. Et c’est quand même avec plaisir, mais moins d’enthousiasme que je lirais la suite :D