FB


Nombre d'épisodes : 26 épisodes

Adapté : du manga de Natsuki Takaya

Édition en VF : Déclic Images

Année : 2001 pour la diffusion japonaise

Classement : Shojo, Romance, fantasy, drame, comédie

 

Plus de deux ans. Là je t'imagine un peu, ami lecteur, effaré : Quoi ?! Deux ans pour regardé un petit animé ? En fait non. Aucunement. J'ai piqué le coffret à Ema pendant tout ce temps avant d'enfin me décider à regarder cette série d'animation. Cette dernière avait beau me tenter fortement, j'avais toujours un autre truc à voir ou à lire. Mais au final, il ne m'aura fallu que deux semaines pour tout voir. Alors voilà. Deux ans pour deux semaines. Si j'étais Dan Brown -Dieu m'en garde pour l’œuvre, Dieu m'en garde moins pour le compte en banque, oui j'aime l'argent-, cette double présence du nombre aurait quelque sens ésotérique. Dans mon existence, cela signifie juste qu'il ne faut rien me prêter et que je suis parfois un peu idiote. Bon, si tu ne connais pas Fruits Basket, prenons d'abord le temps de recopier le pitch :

Jeune lycéenne orpheline depuis peu, Torhu Honda vit seule dans une tente. Malgré ces circonstances difficiles, elle essaie de tenir bon. Elle tombe alors par accident sur une maison où habitent Shigure, Yuki et Kyô, trois cousins appartenant à l'étrange famille Sôma, dont certains sont victimes d'une terrible malédiction. Elle va alors partager les joies et les peines de ce clan hors du commun...

fb

 

C'est bien simple, fidèle lecteur, pendant deux semaines, j'ai cessé de jouer à Minecraft, mon rythme de lecture s'est curieusement ralenti et je n'ai pas regardé un seul film. Avec ça, si tu commences à me connaître un peu, tu auras compris que je me suis laissée happer par ce très sympathique animé. Sur le papier, le scénario et les personnages auraient pu me faire reculer. Une jeune japonaise, toute gentille, qui a perdu sa môman et qui se retrouve à vivre avec trois garçons mystérieux. Ces derniers ayant la particularité de se transformer en un animal du zodiaque lorsqu'une personne du sexe opposé les touche.... Mouais. Sauf que j'ai adoré. Le personnage de Torhu a beau être optimiste, innocent et généreux -excessivement- je me suis attachée à cette héroïne. A ses côtés, on a le droit à une galerie de personnages hors du commun. Du côté de ceux de premier plan, j'avoue une préférence pour Kyô, le garçon au sale caractère et les deux copines de mademoiselle Honda.

Bien entendu, l'animé nous offre plein de quiproquos et de scènes à l'humour caractéristique des mangas japonais. C'est frais, c'est rigolo, c'est divertissant. Là où j'avoue avoir été plus qu'agréablement surprise, c'est pour la capacité du scénario à mêler loufoquerie et aspects plus profonds. Au fil des épisodes, on se rend compte que nos personnages sont plus intéressants que ne le laissait supposer le début de l'animé. Bien que Fruit Basket reste une comédie pour la plus grande partie, les moments graves parviennent à s'intégrer plutôt bien dans la trame de l'histoire.

Pour ce qui est de la réalisation, elle est convenable bien que sans surprise. Les deux derniers épisodes restent sans doute les plus réussis à ce niveau-là. L'intensité dramatique de ceux-ci expliquant sans doute cette qualité.

Bref, j'avoue qu’après le générique de fin du vingt-sixième et ultime épisode de Fruits Basket, j'étais un peu attristée de devoir laisser Torhu et les Sôma. J''ai passé des heures chouettes en leur compagnie et il est fort possible que je craque et m'offre moi aussi le coffret de l'intégral. Parce que je vais quand même devoir le rendre à Ema, hein. Faut pas abuser...

 

NOTE GLOBALE : 16 / 20