peggy sue t1

Édition : Pocket Jeunesse

Parution : 2002

Classement : Jeunesse

Cette série de romans jeunesse m'intriguait depuis un petit moment, surtout quand j'ai vu le nom de l'auteur. J'ai lu quelques romans de Serge Brussolo -surtout des thrillers- et j'avais beaucoup aimé son style. J'étais donc curieuse de voir ce qu'il avait bien pu concocter pour nos jeunes amateurs de littérature.

« Depuis qu'un soleil bleu est apparu au-dessus de la ville, tout va mal ! Seule Peggy Sue connaît les responsables : les Invisibles ! Grâce à ses lunettes magiques, la collégienne sait qu'ils traversent les murs pour soumettre les humains à des « farces » souvent mortelles. Et le chaos s'installe. Peggy Sue parviendra-t-elle à triompher du piège qui se referme sur la ville ? »

L'héroïne est une jeune fille un peu particulière. Seule au monde à voir les Invisibles, des sortes de fantômes cruels qui ne s'amusent que de deux choses : torturer Peggy Sue en la faisant passer pour une folle aux yeux des autres, et faire des blagues atroces aux humains qui ne les voient pas. Des entités charmantes, donc. J'ai bien aimé le personnage de Peggy Sue, mais je dois dire que je suis assez mitigée après ma lecture. L'histoire est plutôt bonne, mais j'ai eu du mal à rentrer dedans quelques fois -je suis pourtant plus que disposée à retrouver mon âme d'enfant quand il s'agit de littérature-. Un soleil bleu qui rend intelligent, pourquoi pas. Les animaux, touchés également, qui tentent de prendre le contrôle des humains, j'ai adhéré. Mais certaines situations m'ont laissée plus que perplexe, notamment les canapés et bottes en cuir qui se baladent... J'ai trouvé le récit un peu long par moment, et j'ai également trouvé que plusieurs « farces » des Invisibles étaient un peu violentes pour un jeune public -mais après, tout dépend de l'enfant-. Je pense plus particulièrement à trois exemples. Quand une famille essaie de fuir la ville et que les Invisibles envoient leur voiture dans le décor, causant la mort des enfants et leurs parents. Puis un habitant retrouvé pendu à la cime d'un arbre et enfin les adultes qui, privés de nourriture, finissent par voir leurs enfants sous la forme de petits cochons et les pourchassent avec des couteaux pour les tuer et les manger -et certains ont réussi-.

C'est donc, pour moi, un roman à conseiller pour la richesse de son univers, mais certainement pas à un public sensible.

Note globale : 12/20