umbrella

Édition : Fleuve noir

Parution : avril 2002

Classement : horreur

Fan des jeux Resident Evil -du moins des 3 premiers-, quand j'ai vu ce roman, je n'ai pas pu faire autrement que de le lire, et surtout voir si j'allais être aussi déçue que l'adaptation cinématographique, qui est une vraie bouse.

« Racoon City, 2 juin 1998. Le cadavre mutilé d'Anna Mitaki a té retrouvé hier sur un terrain vague proche de son domicile, faisant d'elle la quatrième victime en un mois des présumés tueurs cannibales. Selon le rapport du coroner, Anna Mitaki a été en partie dévorée : les traces de morsures relevées sur son corps, comme sur celui des autres victimes, semblent correspondre à des mâchoires humaines. Après ce nouveau meurtre, les autorités font appel aux STARS, les fameux Special Tactics And Rescue Squads, pour mettre un terme à la vague de violence qui secoue la ville. Cette petite unité composée des meilleurs spécialistes est formée pour affronter les pires dangers. Mais ce qu'elle va découvrir derrière les portes d'un manoir abandonné défie l'imagination : des créatures effroyables, nées d'expérimentations génétiques interdites, assoiffées de sang humain... La confrontation avec les STARS s'annonce bien inégale...»

J'ai été agréablement surprise par ce livre, je m'attendais à un roman complètement différent du jeu, et c'est tout le contraire. Je suis remontée dans le temps -en 1997, bordel !- et j'ai revécu la première fois où j'ai dégommé du zombie purulent. Ce livre est un copier-coller du premier opus. Tous les personnages sont là : Jill Valentine, Chris Redfield, Barry Burton, Albert Wesker... Au fil du roman, je visualisais les scènes du jeu. L'équipe Bravo des STARS qui partent en éclaireur et envoient un message de détresse à l'équipe Alpha, la fuite vers le manoir pour échapper aux chiens mutants, le manoir en lui-même avec ses énigmes, ses statues, ses corbeaux, ses zombies exactement là où je les attendaient. Bref, je me suis délectée de ce roman qui m'a donné envie d'enfiler mon gilet pare-balles sous les traits de Chris, de charger mon Beretta à bloc et d'aller buter du zombie en putréfaction.

Bon, ça c'est mon avis en tant que fan du jeu. Si je me place du point de vue d'un lecteur qui n'a jamais posé un doigt sur une manette de PS1, je dois dire que ce roman n'a pas un grand intérêt. Le style de l'auteur est agréable mais n'a rien de révolutionnaire, les énigmes à résoudre peuvent paraître capilotractées avec toutes ces clés et ces blasons à trouver pour ouvrir une porte... En clair, je le recommande aux nostalgiques, sinon passez votre chemin.

Note globale : 16/20 pour les souvenirs

Note globale 2 : 09/20 parce que quand même, faut savoir être objective