lover_2

Date de sortie : 2005

Pays : Corée du Sud

Classement : Romance

Release : Kazoku-team

Signalé comme interdit aux moins de 18 ans sur DramaGaru

Depuis mon petit coup de cœur pour The Naked Kitchen, je n'avais pas pris le clavier pour vous parler de cinéma sud-coréen. Il faut avouer que je ne me sens pas toujours compétente pour parler 7ième art et je n'ai pas envie de poster un article vide de suspens. Pour que je vous parle d'un film, il me faut une bonne raison. Celle qui m'a motivée à visionner Lover n'est ni le trailer -pourtant fort tentant- ni le nom du réalisateur, que je ne connaissais absolument pas. En vérité, c'est une critique virulente sur Nautiljon qui a réellement motivé ma curiosité. Cet avis, plutôt vindicatif, accuse l’œuvre de n'être que de l'érotisme un peu honteux. Bien que certains passages m'aient fait lever les yeux au ciel car ne reposant que sur des arguments fallacieux, j'ai eu envie d'y regarder de plus près :

Elle n'a jamais pris de risque dans sa vie. Elle vit depuis 7 ans avec un homme et compte se marier. Un jour, elle rencontre un homme qui lui demande de passer une journée avec lui.

Franchement, je n'ai pas de soucis particulier avec les scènes de sexe mais j'avoue être toujours un peu méfiante. Combien de réalisateurs, sous des prétextes ineptes, filment des scènes de fesses aussi fades qu'une soupe de navets lyophilisée ? Des séances de frottis frottas trop peu souvent motivées par autre que chose que la volonté de racoler du spectateur... Malgré ma démarche précautionneuse, je peux le dire après avoir vu Lover : à aucun moment je n'ai trouvé ces scènes déplacées ou vides. Le personnage féminin, Elle, sur le point de se marier avec résignation, rencontre un jeune homme un peu immature qui l'attire instantanément. Ce dernier lui propose alors de passer une journée en sa compagnie.

vlcsnap-2013-02-12-22h10m03s33

Une première étreinte passionnée amorce une relation fulgurante qui nous fera passer par toutes les étapes du sentiment amoureux. La chair est filmée plutôt joliment bien que de manière assez réaliste et nous sommes plongés sans fioriture dans cette relation adultère. Cette romance passe essentiellement par les corps tandis que les émotions explosent dans les silences et les hésitations.

vlcsnap-2013-02-12-22h11m07s169

L'actrice m'a particulièrement impressionnée tant son jeu exprime sans mot les affres du personnage. Curieusement elle m'a fait penser à La Princesse de Clèves. Tout comme l'héroïne de ce classique du 17ième siècle, Elle semble chercher à se sauver d'elle-même en téléphonant à son fiancé. Ce dernier, occupé, se dérobe et la jeune femme semble incapable de faire autrement que de se livrer à cette liaison intense. Néanmoins, Elle paraît ensuite se différencier de la princesse par sa capacité à vivre l'instant présent.

Comme les amants, nous avons l’impression de jouer aux montagnes russes émotionnelles : sensualité, rire, nostalgie, cruauté de la réalité, tristesse, naïveté. De la même façon les étapes des relations amoureuses semblent toutes présentes -rencontre, flirt, désir, plaisir, découverte, désillusions, ruptures, retrouvailles..., - faisant de la liaison d'Elle et de Lui une sorte de condensé de ce que peut nous proposer l'amour. Pour ma part, je me suis laissée embarquer sur le même parcours que l'héroïne : doutant avec elle et évoluant de la même façon afin d'aboutir au même choix qu'elle.

vlcsnap-2013-02-12-22h10m56s53

ATTENTION SPOILER – la majorité des avis que j'ai pu lire sur Internet sont plutôt positifs et un seul point revient avec la régularité d'un métronome : beaucoup ont été déçus par la fin. J'avoue que ce n'est pas du tout mon cas. Bien entendu Elle préfère quitter le garçon et épouser son fiancé. Elle semble penser que l'amour est incompatible avec la réalité. Mon côté FleurBleueParfoisUnPeuNiaiseSurLesBords a bien un peu espéré un happy end harlequinesque mais je pense que cela aurait été à l'encontre du reste du film. Et surtout, contrairement à ce que j'aurais pu penser au premier abord, je n'ai pas trouvé la fin de Lover triste. Nostalgique, oui mais d'une manière assez tendre. - FIN SPOILER.

Comme tu l'auras compris ami lecteur j'ai vraiment apprécié le film dont les points forts, à mon sens, sont le scénario et le jeu de Seong Hyeon Ah -alors que celui de son collègue masculin Jo Dong Hyuk, bien qu'honorable, m'a semblé un peu fade-.

vlcsnap-2013-02-12-22h11m15s241

Bof, bof, j'ai trouvé la prestation de Jo Dong Hyuk un peu pâlichonne

La comédienne nous livre une prestation d'une grande justesse et assez subtile, particulièrement dans les scènes où le personnage confronte au miroir son ressenti dans un monologue qui passe par le seul regard.

vlcsnap-2013-02-12-22h10m26s9

Seong Hyeon Ah, très bien dans le rôle d'Elle

Quant à la réalisation de Lovers, si j'ai pu en profiter sans déplaisir, j'avoue qu'elle ne brille pas par son originalité ou son audace.

Reste un très joli film qui me donne envie de continuer mon excursion dans le cinéma asiatique de ces dernières années...

 

NOTE GLOBALE : 16 / 20