Si tu fais parti de nos fidèles, ami lecteur, tu as sans doute attendu cette semaine en te demandant ce que nous te réservions pour la semaine de la Saint-Valentin. Si tu étais sur un simple blog de bouquins, nous t'aurions sans doute parlé de nos couples littéraires préférés, dissertant sans fin de ces histoires d'amour qui nous ont touché au fil des pages. Si tu étais chez une team de fansub lambda -pas complètement cinglée donc- nous t'aurions fait une bannière peuplée de cœurs qui piquent entourant les petites gueules de nos acteurs asiatiques fétiches. Si tu nous lis depuis quelques temps, alors tu sais que tu n'es pas n'importe où ici, tu es chez la CulturoVoraces team, chez des fans de nanars mutants, des chroniqueuses assoiffées de culture pourrie et de critiques assassines. Bref, si nous avons été capables de parler de la mort du père noël avec délectation, nous te prions de croire que nous ne pouvions pas rater ce crétin de Cupidon.

Pour la deuxième année consécutive nous allons donc célébrer l'amûr à notre façon. Prépare plusieurs doses de collyre, la décoration revêtira dés demain les sublimes couleurs de la Saint-Valentin. Tu as trouvé la bannière spéciale nowël de mauvais goût ? Celle de l'amûr fera passer cette dernière pour le travail d'un graphiste de renom. Quant au contenu... Nous espérons que ton amusement sera au moins à moitié égal à la verve méchante dont nous avons fait preuve pour écrire nos articles.

Pour mieux tabasser l'amûr, nous nous sommes attaquées à quatre romances, quatre perles éclatantes de médiocrité. Le premier roman à pâtir de notre agressivité bienveillante sera un Harlequin. J'ai eu le plaisir de dénicher un petit trésor d'absurdité où une gourdasse ira jusqu'à enfreindre la loi pour prendre le chemin rose du bonheur.

Ma collègue Ema prendra la relève en entrant dans le monde merveilleux des sentiments pour jeunes filles en fleurs et je peux te dire que les bouquins Clearasil® font de merveilleux cultures pourries. L'ouvrage en question est la suite de ce qu'avait lu Ema pour un culture pourrie magique. Si tu n'as pas lu le billet à l'époque, je te conseille d'aller savourer ce dernier.

Ma collègue ne lâchera pas le clavier et sera l'auteure de la chronique suivante. Comment te dire ? Elle s'attaque à une romance érotique qui réussit à elle seule à être cent fois plus malsaine et drôle qu'Adam mon frère. Un bijou. Si tu ris autant que moi en lisant cet article, je crois les doigts pour que tu ne fasses pas cela au travail, la discrétion te sera impossible. Vraiment.

La semaine spéciale se terminera avec un billet que j'avais promis de faire sur ce blog il y a un an. Je veux parler de la suite de Passion Malsaine -mal-écrit par madame Sharon Kena. A l'époque j'avais qualifié cette chose de pire livre au monde. Je dois dire que la suite ne démérite pas dans le culture pourrie. Si tu veux une séance de rattrapage, tu peux aller lire ma chronique ici, et celle d'Ema .

Comme tu l'auras compris, cette semaine Romance Pourrie sera une succession de culture pourrie de toute beauté. Je te conseille d'échauffer tes muscles zygomatiques -un claquage dés le premier jour serait fort ennuyeux pour profiter du reste de la semaine-, de préparer tes lunettes de soleil et de venir nous rendre visite dés demain pour un feu d'artifice d'amûr...

 

A demain !

 

cupidon