Chansons de France pour les petits - HERVÉ LE GOFF


Comme tu as pu le constater hier, Noël prend un grand coup dans la gueule chez les CulturoVoraces cette année. Après un Père Noël cannibale, des petites filles tueuses et des lutins égorgés, cette fois, nous nous attaquons aux chansons pour enfants. Quand tu es jeune, tu ne fais pas forcément attention aux paroles des chansons qui ont bercé ton enfance. Mais quand tu deviens parent et que tu souhaites faire partager ces merveilleux souvenirs à ta progéniture, tu te rends compte que, finalement, il y a une couille dans le pâté et tu perds pas mal d'illusions.

La première chanson qui m'a interpellée, j'en ai chanté le refrain maintes fois sur les plages de Bretagne étant petite, ne voyant aucun mal avec mes yeux de petite fille sage -oui, je sais, j'ai bien changé-.

A la pêche des moules

A la pêches des moules,
Je n'veux plus aller maman.
A la pêche des moules,
Je n'veux plus aller.

Les garçons de Marennes,
Me prendraient mon panier, maman.
Les garçons de Marennes,
Me prendraient mon panier.

(Refrain)

Bon déjà, on a une pauvre gamine qui est obligée d'aller ramasser des moules. Sûrement qu'en plus sa mère est malade et qu'elle doit faire vivre la famille. On ne sait jamais avec les comptines... Puis visiblement la petite paysanne est persécutée par les délinquants de la ville. C'est moche.

Quand un' fois ils vous tiennent,
Sont-ils d'bons enfants, maman ?
Quand un' fois ils vous tiennent,
Sont-ils d'bons enfants ?

(Refrain)


Là, tu vois ça se complique. Visiblement les délinquants ne pratiquent pas seulement le vol de panier rempli de moules...

Ils vous font des caresses,
Des petits compliments, maman.
Ils vous font des caresses,
Des petits compliments.

(Refrain)

Les garçons de Marennes,
Avec eux m'ont menée, maman.
Les garçons de Marennes,
Avec eux m'ont menée.

(Refrain)


Oui, effectivement, on comprend qu'elle ne veuille plus aller pêcher des moules, la pauvre enfant.

Les garçons de marennes,
Ils m'ont tous embrassée, maman.
Les garçons de Marennes,
Ils m'ont tous embrassée.

(Refrain)

Les garçons de Marennes,
M'ont emmener baigner, maman.
Les garçons de Marennes,
M'ont emmener baigner.

(Refrain)

Les garçons de Marennes,
Mes habits ont cachés, maman.
Les garçons de Marennes,
Mes habits ont cachés.

(Refrain)

Les garçons de Marennes,
Alors m'ont quittée, maman.
Les garçons de Marennes,
Alors m'ont quittée.

(Refrain)

Donc, pour ceux qui n'auraient pas compris, la pauvre gamine se fait kidnapper par des délinquants qui lui font des caresses et des compliments, l'embrassent à tour de rôle, l'emmènent se baigner, puis se cassent. Autant dire qu'elle va devoir faire des séances de psy à vie ou alors demander conseil à Jeannette pour faire un noeud coulant -mais ça, tu le découvriras demain avec ma collègue-.

Je n'aurais pas dû croire
A tous leurs beaux serments, maman.
Je n'aurais pas dû croire
A tous leurs beaux serments.

(Refrain)

Les garçons sont volages,
Comme pluie et vent, maman.

Les garçons sont volages
Comme pluie et vent.

(Refrain)

Les filles sont fidèles,
Comme l'or et l'argent maman.
Les filles sont fidèles,
Comme l'or et l'argent.

Oui, donc la morale de l'histoire, c'est que tous les hommes sont des salauds. M'enfin faire d'une tournante le sujet principal d'une comptine, je ne sais pas trop où ils sont allés chercher ça. Surtout que la pauvre gamine, à l'origine, elle allait seulement ramasser des moules. D'habitude pour qu'il arrive quelque chose d'atroce aux héros des comptines, il faut qu'ils aient fait une grosse bêtise, genre désobéir à maman/voler quelque chose/tuer quelqu'un. Finalement, je vais me contenter de continuer à faire écouter Metallica à mes enfants.

   Je suis sûre que tu espères au fond de toi que je vais m'arrêter à cette chanson atroce, parce que quand même, on exagère avec nos conneries, on est en train de tuer l'esprit de Noël. Et ben nan, j'en ai encore une à te faire découvrir sous un autre jour. Parce que ce blog ne serait plus le même sans tuer quelques bébés chats...

Il était une bergère

Il était une bergère
Et ron, et ron, petit patapon,
Il était une bergère,
Qui gardait ses moutons, ron ron,
Qui gardait ses moutons.

Bon, jusque là, tout va bien. Une bergère dans son pré qui garde des moutons, rien de bien méchant. Attends, ça va venir...

Elle fit un fromage
Et ron, et ron, petit patapon,
Elle fit un fromage,
Du lait de ses moutons, ron ron,
Du lait de ses moutons.

Son p'tit chat la regarde
Et ron, et ron, petit patapon,
Son p'tit chat la regarde,
D'un petit air fripon, ron ron,
D'un petit air fripon.


Ah l'arrivée du petit chat kromignon qui fait kiffer tous les n'enfants. Elle est zoulie cette chanson en fait !

Si tu y mets la patte
Et ron, et ron, petit patapon,
Si tu y mets la patte,
Tu auras du bâton, ron ron,
Tu auras du bâton.


Ouh la ! Pas commode la bergère ! On part dans la maltraitance animale, appelez Brigitte Bardot !

Il n'y mis pas la patte
Et ron, et ron, petit patapon
Il n'y mis pas la patte,
Il y mis le menton, ron ron,
Il y mis le menton.


Et ben si, il l'a fait ce con ! Et après il va s'étonner de se prendre un coup de bâton. Il cherche aussi...

La bergère en colère,
Et ron, et ron, petit patapon,
La bergère en colère,
Tua son p'tit chaton, ron ron,
Tua son p'tit chaton.


A la fois, elle l'avait prévenu le chaton qu'il allait se prendre une râclée. Puis comme c'est pas très solide ces bêtes-là, ben ça meurt. Et je soupçonne la bergère d'avoir lu Gounelle quand elle gardait ses moutons, ça n'aide pas...

Elle fut à confesse,
Et ron, et ron, petit patapon,

Elle fut à confesse,
Pour demander pardon, ron ron,
Pour demander pardon.


Oui, effectivement, c'est un minimum de demander pardon. Surtout aux amis des chats kromignons. Moi, je serais un mouton, je ferais attention. On commence par un bébé chat et après c'est l'escalade.

Mon père je m'accuse,
Et ron, et ron, petit patapon,
Mon père je m'accuse,
D'avoir tué mon chaton, ron ron,
D'avoir tué mon chaton.

Ma fille pour pénitence,
Et ron, et ron, petit patapon,
Ma fille pour pénitence,
Nous nous embrasserons, ron ron,
Nous nous embrasserons.


Tiens, il a des moeurs bizarres ce curé. Espérons au moins que la bergère est majeure -comment ça, je suis atroce ?-.

La pénitence est douce,
Et ron, et ron, petit patapon,
La pénitence est douce,
Nous recommencerons, ron ron,
Nous recommencerons.


Quelle morale tirer de cette comptine ? Que si on tue des bébés chats on pourra aller embrasser le curé ? Faudrait qu'il soit sacrément canon, le curé. Remarque, il y a pire, on pourrait aller à la pêche aux moules.

   Maintenant que j'ai eu l'honneur de commencer à tuer la joie et l'esprit de Noël dans ton petit coeur en chamallow, je t'invite à regarder ces zoulies chansons avec tes enfants, quand ils rentreront de l'école. Parce que n'oublie pas, aujourd'hui, les vacances commencent et tu vas devoir les occuper jusqu'à Noël. Un conseil : ne les laisse pas venir visiter notre blog. Nous ne sommes en aucun cas responsables d'éventuelles crises d'angoisse/de larmes/de colère... Et surtout, éloigne le chat du micro-ondes, on ne sait jamais.

   A demain pour la suite de notre semaine spéciale Nowël pourri...

 

Ema