Édition : Le Livre de Poche

Parution : 1990 pour la présente édition

Classement : thriller

 

Les habitués le savent, et peut-être toi aussi, je ne suis pas une grande lectrice de thriller. Je pense que c'est un des genres que je connais le moins. Il est en effet rare que l'envie me prenne de me plonger dans un roman de cette catégorie. Quand c'est le cas, je me dirige alors vers des auteurs connus et reconnus. Aussi, c'est tout naturellement que j'ai choisi un Robin Cook lors de ma dernière lubie, surtout que le pitch me faisait fortement envie :

Los Angeles. Dans un centre médical, huit personnes meurent : le directeur et sept patients, emportés par un virus inconnu. Le CDS, organisme hautement spécialisé dans le combat contre les maladies contagieuses, confie l'enquête à l'un de ses médecins, Marissa, qui, très vite, va se retrouver en plein cauchemar. Le virus est extrêmement dangereux, une véritable peste noire venue d'Afrique, plus terrible que celle du Moyen Age. Mais, inexplicablement, il ne sévit que dans les centres médicaux. Au fur et à mesure que Marissa progresse dans son enquête, une hypothèse s'impose à son esprit... et elle est effrayante !Marissa, en première ligne, affrontera tous les dangers et devra user de toutes ses armes pour faire connaître la vérité.

Rappelons plusieurs petites choses avant de parler du roman qui nous intéresse. Premièrement je suis une néophyte dans le domaine des thrillers, donc bon public dans le sens où je suis facilement manipulée et que le suspens m'est très accessible. Tu vois, pour tout te dire, je suis celle qui ne devine jamais qui est le coupable avant la fin. De plus, nous parlons ici de thriller médical puisque l'arme du crime est un virus. Or je n'ai aucune connaissance médicale -moi et la biologie moléculaire ne sommes pas copines. Même pas ennemies. C'est juste que nous nous ignorons mutuellement avec beaucoup de succès-. Ma chronique est donc à lire avec cela à l'esprit.

J'ai bien aimé suivre Marissa dans sa quête de la vérité. Je pense que l'épidémie -et ne parlons même pas de pandémie- est une des grandes angoisses collectives de notre temps. Le roman de Robin Cook joue donc sur nos peurs et, pour moi, avec succès. J'ai beaucoup aimé la toile de fond du récit et j'ai eu l'impression d'entrer dans un domaine mal connu du public. J'ai l'impression d'avoir appris plein de choses même si je suis incapable de trier le vrai du faux.

Le suspens est réel même si j'avais -à ma grande fierté- deviné certaines choses de la trame. Bon, je suppose que les autres lecteurs de ce bouquin auront fait les mêmes déductions, et même plus rapidement. Bref, le roman est bien construit même si j'aurais aimé que la psychologie des personnages soit un peu plus développée.

Un bon moment de divertissement. Je pense qu'à une prochaine crise de « tiens et si je lisais un thriller ? » je me replongerai dans l'univers de Robin Cook avec grand plaisir.

 

NOTE GLOBALE : 14 / 20