aliocha

 

Édition : Flammarion

Parution : 1991

Classement : Roman

 

En fait, je n'avais pas vraiment prévu cette lecture. Un roman m'attendait sur mon Kindle, sauf que ce dernier est retenu en otage par l'HommeVorace. Ce dernier est plongé dans la saga de Robin Hobb L'Assassin Royal. Étant donné que cette épopée s'étale sur pas moins de 13 volumes dans sa traduction française, je ne suis pas prête de remettre la main sur mon Kindle. Peu tenté par les ouvrages papiers inédits qui m'attendaient, j'ai donc opté pour une relecture d'un roman que j'avais apprécié plus jeune :

Fils d'immigrés russes blancs, Aliocha souffre de se sentir différent des autres élèves de son école. C'est tout ce que représentent ses parents qu'il stigmatise : leur gêne financière, leur attachement viscéral à une lointaine Russie. Le pays, la culture ou la langue, Aliocha les a radiés de sa mémoire et rejette l'héritage aux couleurs fanées dont ses parents l'abreuvent. Sa patrie c'est la France, sa langue sera désormais le français qu'il admire par-dessus tout et avec elle son cortège d'écrivains qu'il vénère. À l'école, il fait la connaissance de Thierry, élève brillant et envoûtant mais tenu à l'écart des autres du fait de son infirmité. Entre eux naît une amitié indéfectible, fondée sur une admiration réciproque et faite d'échanges intellectuels passionnés.

Ce court roman initiatique a été aussi plaisant à lire que la première fois, il y a plusieurs années. Alexis/Aliocha est un très jeune homme qui rejette complètement son statut de Russe. S'il a fui son pays à l'âge de 11 ans, il semble nier tous les souvenirs qu'il aurait pu en garder. Il ressemble finalement à certains ados que nous connaissons tous. Il s'oppose à tout ce que ses parents voudraient lui transmettre malgré la grande affection qu'il éprouve pour eux. Sa rencontre avec Thierry, d'une intelligence féroce mais isolé, va le plonger dans les délices de la littérature et de l'amitié. Tout au long du récit, nous suivons les difficultés d'Aliocha à s'accepter comme étant de deux pays, de deux cultures, de deux mondes. Le personnage de son ami m'a beaucoup émue car, malgré l'admiration éperdue que lui voue Alexis, on sent à quel point Thierry semble parfois souffrir de sa différence.

Ce roman est facile à lire, le style classique. Je pense que l'on peut sans problème le conseiller à partir de 13/14 ans. Une jolie lecture qui me réconforte un peu d'être odieusement privée de mon Kindle, -allez plus que 3 tomes et HommeVorace aura fini cette bien trop longue saga...-.

 

NOTE GLOBALE : 15 / 20