513616ZBX2L

Édition : Le Livre de Poche

Parution : 1998 pour la présente édition

Classement : Aventure

 

Débutée avec le challenge Petit Bac 2012, la saga de madame Peters est parfaite pour se détendre et se divertir. Après quelques lectures plus sérieuses, je me suis donc jetée sur le troisième opus des aventures d'Amelia et de sa petite famille :

"Je réalisai soudain qu'il me serait bien difficile d'amener Kalenischeff à se couper. Il possédait l'art du mensonge à la perfection. Aussi cessai-je de suivre attentivement la conversation. Je compris bientôt pourquoi. Une fois encore, mon instinct de détective luttait avec ma passion pour l'archéologie. Je n'avais pas grand mal à maintenir cette dernière à distance lorsqu'il s'agissait de momies d'époque romaine tardive ou de fragments de poterie. Mais à l'ombre d'une des plus majestueuses pyramides de l'Égypte, tout autre curiosité s'évanouissait, comme la lumière d'une lampe face à l'éclat du soleil. Ma respiration s'accélérait, le sang me montait au visage. Lorsque finalement Morgan nous offrit du café, je dis aussi naturellement que possible:

-Merci Monsieur, mais je crois que je vais plutôt faire un tour dans la pyramide.

-Dans la pyramide...rétorqua Morgan, les yeux écarquillés, Madame, vous n'y pensez pas...

-Mrs Emerson ne plaisant jamais lorsqu'il s'agit de pyramides, conclut son mari."

Avec quel plaisir j'ai retrouvé le couple Emerson ! Comme dans les tomes précédents, nous les suivons en Égypte pour une saison de fouilles. Cette fois, nous avons aussi la joie de retrouver plus longuement leur génial rejeton, surnommé Ramsès, un gosse surdoué mais quelque peu insupportable -comme souvent les enfants précoces-. La relation entre Amelia et son époux est toujours aussi sympathique et pleine de sel. Quant à notre héroïne, la narratrice des évènements, elle allie toujours intelligence et maladresse, orgueil et humour dévastateur. Sans la personnalité attachante de ce charmant personnage principal, j'avoue que ce troisième volume de la saga d'Elizabeth Peters m'aurait quelque peu déçue. La trame « policière » est faible mais c'est visiblement une constante dans ses romans, je ne peux que pardonner ce que j'ai déjà pardonné dans les deux premiers tomes. En l'occurrence ce qui m'a un peu plus gênée, c'est que la médiocrité des fouilles entreprises par notre famille d'égyptologues ne nous laisse pas beaucoup l'occasion d'apprécier cet aspect de leur vie. J'avais adoré, dans les volumes précédents, assister à leur travail : fouillant, exhumant, explorant. Ici, on survole vraiment cet aspect des choses. Reste un bouquin agréable, on ne s'ennuie pas une seconde, et toujours une galeries de personnages secondaires drôles et originaux. Je lirai sans aucun doute le quatrième tome des aventures de la famille Emerson : L'Ombre de Sethos. De tout façon j'ai trop envie de voir ce petit diablotin de Ramsès grandir !

 

NOTE GLOBALE : 13 / 20