âmes rivales

Édition : Kero

Parution : mai 2012

Classement : thriller surnaturel

   Pour ma troisième participation à l'opération Masse Critique de Babélio, j'ai encore été gâtée. Après un roman d'espionnage et un manga, me voilà avec un thriller surnaturel, le roman pour lequel limite je priais tous les soirs dans l'espoir d'être choisie pour le lire tellement le résumé m'avait plu – comment ça, j'exagère ?

   « Louisiane, 1975. Dans la pénombre d'une église, une fillette supplie le prêtre de l'aider : un homme étrange qui se dit son ami la suit partout, mais elle est la seule à le voir, personne ne la croit ! Elle s'appelle Cassandre, elle est terrifiée, et le prêtre ne trouve pas les mots... la fillette s'enfuit. Dix ans après, à New York, quand Cassandre tombe follement amoureuse, la peur revient : le fantôme qui la hante depuis son enfance n'acceptera jamais de rival... »

   L'histoire débute en Louisiane en 1975. Une fillette confie à un prêtre qu'elle est suivie par un homme nommé Jahal qu'elle seule peut voir. Cet homme est à ses côtés depuis qu'elle est petite, passant de compagnon de jeu à amant. Le prêtre ne sachant comment l'aider, la fillette s'enfuit. Dix ans plus tard, Cassandre se rend à New York et est sauvée par Thomas, un jeune professeur de philosophie, ancien gamin des rues. Ils passent quelques heures ensemble et tombent amoureux. Alors qu'à ce moment je me suis dit que c'était quand même exagéré le coup du « je te rencontre et je suis éperdument amoureux de toi » je me suis pris une sacrée claque avec un retournement de situation plutôt inattendu – du moins pour moi. Une fois passée cette surprise, l'intrigue reste quand même assez facile à deviner, mais ça ne m'a pas dérangée car le style de l'auteur est fluide et agréable. Les personnages sont attachants, Thomas le gamin des rues devenu père célibataire et professeur qui se retrouve confronté à son âme rivale. Cassandre, petite fille paumée qui lutte pour s'arracher à l'emprise de Jahal. Le père Arthur, soutient indéfectible de Cassandre. Et Jahal, ancien guerrier amérindien un brin psychopathe. Je me suis plongée dans ce roman et j'ai bien eu du mal à m'en détacher. Je le relirais avec plaisir – et pour que je relise un thriller, il faut vraiment qu'il soit bon !

   NOTE GLOBALE : 16/ 20

Ema