51QKgeyLjeL

 

Édition : J'ai Lu

Collection : Aventures et Passions

Parution : 2009 pour la présente édition

Classement : Romance / Passion

 

Comme tu le sais peut-être ami lecteur je suis une inconditionnelle de la saga, généralement historique ou de Bit-lit. La romance en plusieurs tomes restait pour moi une terre inexplorée et même inhospitalière. Puis j'ai découvert le blog I need of Prince Charming, I don't think so... j'ai été prise d'une frénésie de romance froufroutantes. J'ai admirablement commencé mon voyage grâce à cet article par une saga de Julia Quinn : La chronique des Bridgerton. En huit volumes, cette série emblématique de la romance régence, nous plonge au sein d'une attachante famille : les Bridgerton. La mère, veuve, règne avec tendresse et humour sur pas moins de huit enfants. Chaque tome se consacre logiquement à l'un d'eux...Le premier opus des Brudgerton a pour héroîne la fille ainée (après 3 mâles) du clan :

À la naissance de son fils, le duc de Hastings jubilait. Hélas, l'enfant bégaie ! Affront insupportable pour le duc, qui l'a renié sans pitié. Le jeune Simon a grandi, solitaire et assoiffé de revanche. Après de brillantes études, il a bourlingué de par le monde jusqu'à la mort de son père, et c'est désormais porteur d'un titre prestigieux qu'il rentre en Angleterre. Il est aussitôt assailli par une horde de mères prêtes à tout pour marier leurs filles. Mais Simon ne s'intéresse pas aux débutantes. Sauf peut-être à Daphné Bridgerton, qu'il a rencontrée dans des circonstances cocasses. Comme Simon, elle voudrait juste qu'on la laisse en paix. Une idée machiavélique naît alors dans l'esprit du jeune duc...

Disons le tout suite ami lecteur, je me suis laissée prendre par cette histoire comme une débutante. Nous avons donc Daphné, une pétillante jeune femme pleine d'humour ; elle en est à sa deuxième saison mais les seuls prétendants qui ont demandé sa main étaient du genre bof bof bof. Le dernier en date est un crétin du nom -bien trouvé- de Nigel, qui ne cesse de la harceler pour qu'elle l'épouse. Un soir de bal, saoul, il la poursuit et devient vraiment lourd. Forcément notre beau héros ténébreux surprend la scène et s'apprête à voler au secours de la demoiselle quand cette dernière met une sublime droite à l'indélicat. Cette rencontre pour le moins...percutante résume bien l'ambiance de ce roman.

Nous avons tous les ingrédients d'une histoire d'amour classique : le héros viril qui ne veut pas se marier à cause d'une enfance difficile, une jeune femme jolie mais avec un fort caractère et entre eux une attirance fulgurante. Au départ ils vont se rapprocher pour des raisons pragmatiques : ils feront semblant de se fréquenter afin d'avoir un peu de répit dans la course au mariage. Bref, une romance en jupon telle qu'on en a déjà lu. Sauf qu'un élément tranche et rend le récit vraiment attachant : l'humour. Les dialogues entre Daphné et Simon sont plein de sel, tandis que les rapports familiaux de la jeune femme avec le reste des Bridgerton rajoutent encore plus de légèreté dans le récit. J'adore les trois frères aînés surprotecteurs et un peu à côté de la plaque. Dans la même veine, je suis fan de la mère de Daphné, Violet, qui déchire grave. Certaines scènes sont vraiment marrantes, ainsi la conversation de Daphné avec maman la veille de ses noces est géniale. Mais le passage le plus drôle reste quand même la nuit de noce dont je ne suis pas certaine de me remettre. Pour amplifier cet aspect comique et un peu mordant du roman, chaque chapitre est précédé d'un extrait d'un journal à scandale mystérieux écrit par une certaine Lady Whistledown.

Avec Daphné et le Duc nous avons donc le droit à une romance de choix qui mêle habilement légèreté et passion romantique. Nous avons en plus l'occasion de faire connaissance avec les frères et sœurs de l'héroïne et cela donne vraiment envie de les retrouver dans les autres tomes de la saga. Vivement le deuxième opus d'ailleurs puisque cette fois c'est l'aîné de la fratrie Anthony qui sera mis à l'honneur -et comment dire, le personnage est plutôt sexy sympathique...

Edit du 04 mars 2013, vo The duke and I :Je viens de relire ce premier tome de la si sympathique saga des Bridgerton mais cette fois en anglais. Alors un petit mot sur le niveau : ce roman est tout à fait accessible. Alors ami lecteur, si tu as envie de te coltiner à des bouquins dans la langue de Shakespeare sans pour autant bloquer à chaque paragraphe, Julia Quinn semble être une bonne idée. Enfin, pour ce qui est la de la traduction française, je dois dire qu'elle est vraiment très bien. Bien que ce j'aime l'idée de lire les œuvres en version originale, là on passe pas à côté du roman en le lisant en français. Bonne nouvelle don

NOTE GLOBALE : 15 / 20