9782290036822

 

Édition : J'ai lu

Collection : Aventures et passions

Parution : 2008 pour la traduction française

Classement : romance et amûr



Tu l'as sans doute deviné depuis longtemps ami lecteur, derrière ces articles un peu méchant sur Harlequin, derrière l'attitude un peu snob et bravache de votre obligée se cache un petit être sensible et niais. Bon, si je dois être un peu plus franche, disons que dans ma tête de blogueuse, nous sommes plusieurs. Et ce n'est pas ma personnalité la plus brillante qui a lu l'ouvrage qui nous intéresse aujourd'hui :

« Un démon ! » C'est ainsi qu'on décrit le marquis de Dain. Tout petit déjà, il était différent : chétif et fort laid. Son père, qui le détestait, voyait en lui l'œuvre du diable. Adolescent, il a fait les autre cents coups, avant de devenir celui qu'il est aujourd'hui : un libertin avide de sensations fortes. Et c'est ce dépravé qui tente d'entrainer dans la débauche Bertie, le jeune frère de Jessica Trent. Pas si elle a son mot à dire ! Aussi résolue que son frère est veule, la jeune femme part en guerre contre le marquis et, à sa grande stupeur, tombe sous son charme. Mais comment un homme qui se déteste si fort pourrait-il croire à l'amour d'une lady ?

Cette gentille idiote qu'abrite ma petite tête -et qui a survécu à quelque passage à tabac de la part de ses colocataires plus réalistes- est donc le fragment de mon moi qui a lu Le Prince des débauchés. Et comment dire ? Cette naïve petite grue aime bien les stéréotype de la romance régence. Et l'on peut dire que le marquis de Dain les possèdent presque tous. Déjà il est virile. Et c'est un débauché mode romantique. C'est à dire qu'il baise à tour de queue bras avec des professionnelles et ne crache pas sur quelques verres d'alcool. Pour alimenter ses plaisirs notre sombre débauché dispose d'une confortable richesse et d'une intelligence réelle pour les affaires. Bref, il est sexy. Bien entendu, ce n'est pas par hasard qu'il est devenu un libertin, nan, c'est parce que sous le corps musclé de cet étalon en puissance, se cache un petit cœur meurtrie par une enfance solitaire et sans amour. Là-dessus nous arrive une héroïne qui est l'idole de la niaise que j'abrite en moi. Jessica est belle -vachement- et supra-intelligente. En plus de cela elle a le caractère d'un général prussien légèrement belliqueux. Pour sauver son frère du jeu et de la boisson, notre belle demoiselle va défier le débauché-viril-au-coeur-meurtri-en-soif-d'amour.

Nous sommes dans la collection Aventures et passions, nos héros vont donc être irrémédiablement attirés l'un par l'autre tout en se faisant subir moult humiliations. Et vas-y que je souffle le froid et le chaud pour exciter l'intérêt de lectrice. Bien sur, je suis tombée dans le panneau. C'est sensuel -un peu-, c'est niais -beaucoup-, les répliques sont sympathiques, bref, un moment de détente fortement plaisant.

Ce que je n'aime pas finalement dans ce genre de roman, ce n'est pas que les ficelles soient aussi discrète que les tenues de Madonna dans les années 80. Ce qui m'embête, c'est le retour -rude- à la réalité, lorsque le regard encore plein de rêverie niaiseuse et sirupeuse, un de mes autres moi surgit pour lui foutre un coup de boule.

 

NOTE GLOBALE : 12 / 20