megere

 

Édition : numérique gratuite sur In Libro Veritas

Parution pour la présente édition : 2007

Classement : théâtre

 

De Shakespeare, je connais très mal les comédies. Pour ce qui est des tragédies, je suis une inconditionnelle d'Hamlet que je relis régulièrement, c'est un texte qui me fascine depuis plus de 15 ans maintenant. Le challenge de Cécile, Un classique par mois, m'a rappelée que je voulais justement faire connaissance avec une comédie de monsieur Shakespeare. Je connaissais déjà l'histoire de La Mégère apprivoisée la trame du récité me tentait énormément :

Christopher Sly,canaille pauvre et ivrogne, est chassé sans ménagement d'un cabaret. Complètement soûl, il s'endort sur place. Peu de temps après, il est trouvé par un Lord qui décide de lui jouer une farce : paré de beaux atours et doté de serviteurs à sa disposition, Christopher Sly se réveille dans un lit somptueux, il se croit alors en plein rêve mais on lui assure qu'il est un riche gentilhomme. Pour faire durer la plaisanterie, le Lord décide de le divertir en lui faisant assister à une comédie : la pièce commence...

Baptista, vieil aristocrate de Padoue a deux filles : Catarina, au caractère revêche et faisant fuir tout prétendant éventuel et la douce Bianca que convoitent bien des gentilshommes dont Hortensio et Gremio. Lorsque le jeune seigneur Lucentio débarque de Pise, il en tombe immédiatement amoureux et décide de la conquérir. Mais, pour cela, il faut d'abord que Catarina trouve un prétendant mais qui voudrait d'une jeune fille au caractère aussi épouvantable ? C'est alors que Petruchio se présente au père des deux jeunes filles et déclare vouloir épouser Catarina...

Ce qui m'avait attiré dans cette pièce est la pièce dans la pièce. Le procédé de mise en abyme est habituel au théâtre et presque constant chez Shakespeare -Hamlet entre autres-. Là j'avoue que j'ai été déçue, autant le prologue avec Sly est passionnant autant le personnage est vraiment mis de côté durant le reste de la pièce.

Concernant les aventures de Catarina, je suis là encore un peu dépitée. Les dialogues sont toujours aussi agréables et poétiques -nous somme chez Shakespeare après tout- mais je pense que la saveur de la trame perd beaucoup à la lecture. Finalement je crois que je ne pourrais vraiment juger de La mégère apprivoisée avant de l'avoir vu sur scène ou d'avoir visionner une adaptation. De plus, autant Hamlet et Roméo et Juliette restent toujours aussi modernes, l'œuvre qui nous intéresse ici est obligatoirement à replacer dans le contexte pour être supportable. On ne peut la juger sexiste si on regarde un peu les mœurs en vigueur à l'époque mais j'avoue que j'ai eu un peu de mal avec cette idée d'apprivoisement d'une femme en l'affamant et en la tyrannisant. Pour conclure  je dirais que j'ai passé un bon moment parce que j'adore les beaux textes mais que franchement La mégère apprivoisée ne fera pas partie de ces classiques que je relis régulièrement au fil des années. Dommage...

 

NOTE GLOBALE : 12 / 20

 

Classique-final-4