patience  

   La semaine romance pourrie touche bientôt à sa fin, et pour aujourd'hui, je vous emmène dans l'univers J'ai Lu pour elle. Plus précisément la collection Passion Intense, ma préférée avec Aventure et passion. Alors – me diras-tu, cher ami – si tu aimes cette collection, pourquoi classer ce roman dans la semaine romance pourrie ? Je te répondrais donc : juge par toi-même avec le résumé.

   « Coup de tonnerre à la cour d'Angleterre ! On vient d'apprendre que Matthew Hawkmore, frère du comte de Langley, n'est qu'un vulgaire bâtard. Le scandale fait de lui un paria maudit que nul ne saurait fréquenter... excepté Patience, sa belle-soeur, qui se sent tout de suite fascinée par cet homme dominateur et assoiffé de revanche. La belle rousse n'aspire pas au mariage ; elle n'aime que la musique. Pourtant, une autre passion va bientôt l'embraser, éveiller en elle des instincts qu'elle ignorait, au cours d'un incroyable voyage initiatique vers le plaisir, la soumission et l'amour... »

   Ici, contrairement au monde aseptisé et romantique des Harlequin, tu ne rencontrera pas de « perle de féminité » ou de « virilité palpitante », nan... Dans cette collection, on appelle un chat, un chat – un clitoris et un pénis tout le temps en érection, en l'occurence – si tu es prude, passe donc ton chemin.

   Bref, donc Patience est une belle jeune femme – vierge – fille de pasteur, passionnée de violoncelle, qui a été blessée étant jeune par son professeur de musique dont elle était amoureuse. Depuis elle se consacre à son instrument et ne croit plus à l'amour. Quand sa sœur se marie, elle rencontre Matthew, son beau-frère, mystérieux et ténébreux, qui l'attire étrangement. L'histoire commence dans un couloir, la nuit. Nos deux héros vont se rencontrer et se rouler une pelle à te couper le souffle. Bien entendu, pendant des jours, ils vont penser l'un à l'autre en espérant se revoir, et l'opportunité va se présenter à un bal masqué où ils finissent immanquablement dans un lit – ah ben oui je t'avais prévenu – Seulement, notre jeune premier va s'avérer être un tantinet SM. Voui, il aime dominer et il va faire découvrir à Patience les joies de la soumission – Hum... A la fois en découvrant la sexualité de cette manière, elle n'a pas beaucoup de références en la matière, du coup ça m'a un peu fait bizarre, mais bon chacun son trip – N'ayant pas perdu toute morale, la demoiselle tient quand même à sa virginité et Matthew lui promet de préserver sa chasteté – mouais, une fois que tu veux bien te faire attacher, je vois pas l'intérêt de rester vierge - Bien entendu, elle va passer par des phases de rébellion où elle va se demander si c'est vraiment ce qu'elle veut, ce qui va aboutir à... Une bonne fessée – si, si, une fessée, j'avais dit que c'est SM, ok pas SM pur et dur, mais quand même – et son bel amant va lui expliquer que ce qu'il fait est pour son bien, que si elle obéit c'est pour son plaisir à lui et aussi son plaisir à elle :

   « Tu devras toujours te sentir fière de me donner du plaisir. Fière d'endurer mes châtiments, fière et reconnaissante. Fière quand je te récompenserais par un orgasme. Et fière, enfin, quand tu auras compris que ta soumission te rend plus forte et non plus faible. Quand tu auras franchi toutes ces étapes, Patience, tu accéderas à une nouvelle vérité. »

   Ouais en gros, sois sage et tu auras un orgasme, sinon fessée... Nan mais oh !!

   Evidemment tout le livre ne tourne pas autour de leur relation SM – quoique – il y a du complot avec l'ex beau-père de Matthew qui essaye de lui pourrir la vie et de le ruiner car il a déshonoré sa fille vu qu'il n'est qu'un immonde bâtard. Des ragots avec les commères auxquels Patience va se confronter. Un peu de langue de vipère avec l'ex-fiancée qui va provoquer Patience en lui disant que Matthew est toujours amoureux d'elle et hop petite scène de jalousie. Du désespoir quand Matthew apprend que Patience va partir étudier le violoncelle à Londres – et là, il va jusqu'à payer le futur professeur de Patience pour qu'il change d'avis et renonce à lui donner des cours... un peu trop dominant quand même. Evidemment notre duo dominant/dominé dont aucun des deux ne croit plus ni à l'amour ni au mariage va se rendre compte – un peu naïvement – qu'ils sont amoureux l'un de l'autre et se répéter un million de fois par seconde de tendres et mièvres « je t'aime ». Tout fini bien, notre petit couple accro à la fessée se marie, le vilain beau-père est arrêté pour meurtre et Matthew retrouve peu à peu sa place parmi la société qui l'avait rejeté il y a peu, mais en faisant du tri parmi les faux jetons quand même. Dominateur, mais pas con.

   Pour terminer, si tu es un amateur de la rubrique culture pourrie, sache que Patience, l'héroïne de ce roman, n'est autre que la sœur de Passion, dont je vous laisse découvrir les aventures juste ici, et que j'attends la suite avec la troisième sœur, Primerose. Et je dirais aussi que pour des filles de pasteur, c'est quand même de sacrées cochonnes.

   Je te donne donc rendez-vous demain pour un roman - si on peut appeler ça comme ça - qui mérite sa place à la première place de tous les culture pourrie du monde entier que ma copine Altervorace a eu envie de brûler à maintes reprises. Admirons son courage sans faille pour vous satisfaire.

Ema