414i12MATeL

 

Édition : Pocket

Parution : 2006

Classement : roman humoristique

En trainant mes guêtres sur le net, j'ai remarqué que cet ouvrage provoquait des réactions assez étranges : entre ceux qui disent avoir ri régulièrement pendant leur lecture et ceux qui traînent le livre dans la merde boue, la discorde est réelle. Je me suis donc penchée sur la quatrième de couverture de God save la France :

Nom : Paul West. Age : 27 ans. Langue française : niveau très moyen. Fonction : jeune cadre dynamique promis à un grand avenir. Occupation : déjouer les pièges potentiellement désastreux du quotidien français. Hobbie : lingerie féminine. Signe particulier : Paul West serait le fruit d'un croisement génétique entre Hugh Grant et David Beckham. Jeune Britannique fraîchement débarqué à Paris, créateur, en Angleterre, de la fameuse enseigne Voulez-Vous Café Avec Moi, Paul a bien du mal à s'adapter au pays des suppositoires, des grèves improvisées et des déjections canines. Et il n'est pas au bout de ses surprises...

De manière pragmatique je me suis dit qu'il n'y avait qu'une solution pour trancher : le lire et me faire ma propre opinion. Alors oui j'ai ris. Surtout qu'en ma qualité de campagnarde pur jus, certains passages m'ont permis de me moquer des Parisiens -et c'est toujours un hobby pour nous autres de provinces, même que faudrait me payer trèèèèès cher pour que j'aille m'enterrer dans la pollution de la capitale-. J'ai lu des critiques plus qu'acerbes qui disaient que cet ouvrage n'était qu'un ramassis de clichés, et que quand même on est pas comme ça et que l'auteur exagère blablablabla. Ouais bon sauf que c'est un peu le principe d'une caricature que de grossir le trait. On reproche pas à Racine d'en faire trop dans le pathos hein... Autant l'inexactitude sur la France dans un documentaire -chez ce manipulateur de Moore par exemple- est une honte autant dans une comédie je m'en fous SI c'est drôle. Forcément il ne faut pas s'attendre à quelque de chose de magnifiquement littéraire puis il faut pas mal d'auto-dérision. Surtout, il faut adhérer à ce genre d'humour. Je ne conserverai pas précieusement l'œuvre de monsieur Clarke dans ma bibliothèque mais j'ai passé un bon moment et souris de moi et de mes compatriotes... Allez pour le plaisir un extrait, avec un paragraphe sur les problèmes des déjections canines sur les trottoirs de nos villes :

« Appliqué à la vie quotidienne, c'est le truc imparable pour garder ses chaussures propres quand on se promène dans Paris. Tout en marchant, votre subconscient scrute le pavé. Il s'exerce à repérer le moindre renflement à l'horizon et prépare le pied à un évitement de réflexe. Demandez à un parisien comment il se débrouille, contre toute attente, pour garder les pieds propres. Il l'ignore. Cela fait partie de l'instinct du Parisien. »

NOTE GLOBALE : 13 / 20