2296008739j

 

Édition : Penta

Collection : « Psychanalyse, médecine et société »

Parution : 2006

Classement : Sciences humaines

Depuis quelques années, il est plutôt rare pour moi de m'intéresser à des ouvrages techniques ou scientifiques, j'avoue que j'ai plus souvent envie de me détendre depuis que j'ai mes enfants. Je connaissais néanmoins le travail du docteur Bayle grâce à son article passionnant Faut-il dépister les antécédents de traumatisme sexuel lors de la grossesse ?. Lorsque j'ai pris connaissance de l'existence de l'ouvrage qui nous intéresse aujourd'hui, j'ai regardé cela de plus près. Ce livre, sous la direction donc de Benoît Bayle, rassemble le travail de plusieurs collaborateurs. Voici comme l'éditeur nous présente cela :

L'accès à la maternité réveille parfois une douleur indicible chez les femmes qui ont subi des violences sexuelles dans leur enfance. Cette souffrance peut resurgir subitement au cours de la grossesse ou de l'accouchement et perturber la relation mère-enfant. Les abus sexuels ont alors un impact sur les générations suivantes, dont il faut apprendre à soulager les effets parfois dévastateurs. Au fil de l'ouvrage, nous découvrons cet aspect méconnu des traumatismes sexuels et la nécessité d'un accompagnement psycho-obstétrical de la grossesse.

Je ne vais pas trop entrer dans le détail en vous parlant successivement de chaque contribution. Je vais me contenter d'aborder les articles qui m'ont marquée plus particulièrement. Logiquement c'est le docteur Bayle (psychiatre) qui ouvre le bal avec « Le cas Anna Rose ». Les réflexions du médecin sont intéressantes bien que ne s'éloignant que très peu de ce que j'ai pu déjà lire de lui sur le sujet. Le lien fait entre traumatismes sexuels de l'enfance et difficultés durant la grossesse et l'accouchement semble aller de soi pour certains mais le médecin va plus loin en rappelant que négliger certain symptômes c'est prendre le risque d'un lien mère-enfant problématique. La plupart des autres contributions, et peu importe sous quelle angle elles sont menées, étayent ce constat et l'urgence qu'il y aurait à mettre en place un véritable accompagnement psycho-osbstétrical. Je crois que le chapitre qui m'a le plus interpellé est celui de Pascale Rossigneux-Delage, psychologue, et Sybille Jaloux, sage-femme. Mais une grand majorité de l'ouvrage est passionnant.

La seule réserve que je pourrais émettre, en ma qualité de profane, est la même que pour tous les ouvrages présentant une clinique (Ensemble des données obtenues par l'observation directe des malades) sur n'importe quel sujet en sciences humaines. L'observation de cas est toujours un peu réducteur et pour quelqu'un qui n'aurait pas de recul assez alarmant. Il aurait été intéressant, à mon sens, de proposer le cas d'une patiente ayant subie un traumatisme sexuel de l'enfance et dont la maternité et l'accouchement ce soient « bien » passés. Les auteurs de cet ouvrage évoquent plusieurs fois le phénomène de résilience mais je trouve un peu dommage ne pas montrer les ressorts d'un tel processus -quel entourage psycho-affectif a eu la patiente ? Les sévices étaient-il intra-familiale ? Quelle est la prise en charge thérapeutique dont a pu bénéficier le sujet ? etc.-. Il n'en reste pas moins que la littérature scientifique française sur le sujet des liens entre maternité et traumatismes sexuels de l'enfance est encore très pauvre. Les efforts consentis autours de la question de la santé des femmes dans le cadre de la maternité semblent encore bien faibles malgré la volonté réelle de nombreux professionnels, que ce soient des médecins, des psychologues ou des sage-femmes. Espérons que l'existence d'ouvrages tels que Maternité et traumatismes sexuels de l'enfance contribue a faire changer les choses.

 

NOTE GLOBALE : 15 / 20