Édition : Gallimard

Parution : 2011

Classement : Roman

la délicatesse

« François pensa : si elle commande un déca, je me lève et je m'en vais. C'est la boisson la moins conviviale qui soit. Un thé, ce n'est guère mieux. On sent qu'on va passer des dimanches après-midi à regarder la télévision. Ou pire : chez les beaux-parents. Finalement il se dit qu'un jus, ça serait bien. Oui, un jus, c'est sympathique. C'est convivial et pas trop agressif. On sent la fille douce et équilibrée. Mais quel jus ? Mieux vaut esquiver les grands classiques : évitons la pomme ou l'orange, trop vu. Il faut être un tout petit peu original, sans être toutefois excentrique. La papaye ou la goyave, ça fait peur. Le jus d'abricot c'est parfait. Si elle choisit ça je l'épouse... - Je vais prendre un jus... Un jus d'abricot, je crois, répondit Nathalie. Il la regarda comme si elle était une effraction de la réalité. »

Avis d'Ema

J'entendais vraiment du bien de ce livre depuis un bon moment, aussi je n'ai pu m'empêcher de le dévorer en le recevant, et j'ai été très agréablement surprise.

Nathalie et François, le couple qui s'aime à la folie, une vie et une complicité parfaite, mais le destin va les séparer brutalement. François meurt et Nathalie se retrouve seule, désemparée, sans plus aucune envie et qui ne s'autorise pas à refaire sa vie. Le sujet de la perte de l'être aimé a été traité avec douceur par l'auteur, pas de voyeurisme, tout est délicat (c'est le cas de le dire, je sais !). Puis on va découvrir une Nathalie droguée de travail, un bon substitut à la douleur et un jour, sans réfléchir, elle embrasse Markus, un collègue insignifiant, mais qui va lui redonner goût à la vie et à l'amour. Bien évidemment, ça ne se fera pas sans douleur et incompréhension (ben ouais il est suédois Markus et il travaille chez Ikéa en France, va comprendre). Le style de l'auteur est léger et agréable à lire, avec quelques touches d'humour et de faits divers qui entrecoupent le récit, j'ai vraiment passé un bon moment.

NOTE GLOBALE : 13 / 20

 

     Avis d'AlterVorace

 

    En refermant l'ouvrage de monsieur Foenkinos, je me doutais déjà de ce que je pourrais lire dans les avis présents sur Internet. "Délicatesse de l'écriture" : si je lis encore une fois cette formule, je crois que je serais capable de hurler.

    Alors oui c'est un joli roman, très romantique qui se lit avec beaucoup de facilité. Nous sommes ici dans la même mouvance si à la mode ces dernières années -Gavalda par exemple, ou encore Grimbert- avec un style dépouillé qui se veut très moderne. Réellement, j'ai passé un agréable moment mais devant le déferlement de prix et d'éloges j'ai envie d'émettre quelques réserves... Arrêtons de tout confondre, dés qu'un livre est plaisant, dés qu'il est un tant soit peu émouvant on crie au chef d'œuvre, STOP. le style de monsieur Foenkinos n'a rien de remarquable. L'histoire, le deuil et la renaissance, n'a rien d'original et la relation entre François et Nathalie m'a franchement gonflée tellement elle est fleur bleue. Aucun réalisme. A mes yeux c'est un peu du Alexandre Jardin qui se mettrait à -bien- mieux écrire. Je ne conteste pas que c'est un bon livre mais pour moi ce n'est rien de plus.