9782265079656

 

Édition : Pocket

Parution : 1993

Classement : fantastique

 Comme je vous l'avais expliqué dans l'article sur le premier tome de la trilogie des sorcières Mayfair, ici, la saga de madame Rice m'a accompagnée de nombreuses années. En somme, il a été un des -nombreux- livres de mon adolescence. L'Heure des sorcières reprend la trame de l'histoire où elle s'était abruptement arrêtée dans le précédent opus, aussi, ami lecteur, si tu a l'intention de lire les ouvrages en question, ne lit surtout pas le résumé qui va suivre et encore moins mon avis truffé de spoiler :

Des siècles durant, les sorcières de la famille Mayfair ont dû lutter pour survivre et fuir les persécutions. Aujourd'hui, elles vivent en paix à La Nouvelle-Orléans. Mais Lasher, l'esprit qui les hante depuis des générations, enrage de les voir peu à peu se détourner de la magie. Lorsque Rowan, la treizième sorcière, la puissante héritière des pouvoirs, est sur le point d'accoucher, Lasher sent que son heure est venue et rassemble tous ses pouvoirs pour s'incarner dans le nouveau-né. La nuit de Noël, Rowan donne naissance à un enfant prodigieux : en quelques heures, il acquiert sa taille adulte, parle et marche. La famille Mayfair pourra-t-elle faire face à cet esprit infantile, jaloux et diaboliquement intelligent qui rêve de devenir le plus grand sorcier de tous les temps ?

Bien sur, je ne peux pas totalement éliminer la possibilité que je suis aveuglée par mes souvenirs de ma période Clearasil mais j'ai adoré relire ce récit. Michael Curry, notre beau brun lecteur de Dickens révèle un coté sombre tandis que Lasher a enfin pris corps et nous semble encore plus terrifiant. J'ai trouvé intéressant l'aspect scientifique qui est développé dans ce volume. Encore une fois le roman contient un récit dans le récit avec l'histoire de Julien et c'est avec fascination que l'on en apprend plus sur ce personnage. Enfin, on découvre l'effarante Mona Mayfair petit génie assez terrifiant dans son genre. Dans les nouveaux personnages qui apparaissent dans L'Heure des sorcière j'ai tout de même une préférence marquée pour Evelyne l'Ancienne.

Le deuxième opus de la saga des sorcières ne révolutionne sans doute pas le genre mais c'est vraiment efficace et bien fait. Ce que j'apprécie le plus je crois dans l'univers de madame Rice c'est sa faculté à nuancer la morale. Qui sont les gentils et les méchants ? L'ennemi de la famille Mayfair, quel est-il ? Lasher, la créature énigmatique ? l'organisation du Talamasca n'est-elle vraiment qu'une société secrète inoffensive composé d'érudits et de vieux sages ? Rowan et Michael sont loin d'être les héros purs que l'on pouvaient espérer. Encore une fois, je me suis laissée embarquer dans cette épopée où la magie côtoie la science et l'histoire. Si vous vous laissez tenter, j'espère que, comme moi, vous ne vous ennuierez pas une seconde...

NOTE GLOBALE : 16