9782290016992

 

Édition : J'ai lu

Parution : 2008

Classement : Culture pourrie / Santé et bien-être

 

Dans un article précédent j'avais déjà évoqué les offres régulières « un livre offert pour deux achetés » dont je profite avec beaucoup de plaisir. Ainsi, il y a plusieurs mois, j'ai pu faire l'acquisition d'un ouvrage de monsieur John Gray Mars et Vénus en harmonie. Voici ce qu'indique la quatrième de couverture :

Le monde change à toute vitesse et le stress qui en résulte touche directement le couple. Grâce aux techniques et aux recommandations de John Gray, accessibles à tous avec un minimum d'efforts, les effets néfastes de la vie moderne s'éloignent. Comprendre les différences homme / femme pour faire le premier pas vers une vie à deux plus sereine. Les conseils pour mettre fin aux disputes et se réconcilier. Exprimer ses émotions et retrouver l'harmonie !

Je ne dirais qu'une chose : j'ai été catastrophée devant tant de bêtises. Avant de vous expliquer pourquoi vous ne devriez pas acheter cet ouvrage je vais d'abord évoquer le parcours de ce « spécialiste en thérapie conjugale » qui vend tant de livres depuis maintenant près de vingt ans.

Sachez ami lecteur que monsieur Gray n'a pas fait d'études classiques. Loin de là. Vraiment très très loin. Il a bien fréquenté l'université du Texas mais il en est sorti sans diplôme. Nan. Nada. Alors il a pris l'avion et s'est exilé en Suisse où il a vécu comme moine hindou pendant 8 ans. Il reçoit là-bas un vague bout de papier de la peu sérieuse et beaucoup sectaire Maharishi European Research University. Ce morceau de parchemin serait un diplôme en « intelligence créative » oui je sais ça ne s'invente pas. Par la suite John Gray a reçu un doctorat en psychologie de la Columbia Pacific University en Californie. Mais autant vous dire que mon papier toilette a plus de valeur -c'est utile au moins le PQ- que cette chose puisque depuis, la Cour Suprême de Californie a fait fermer cet établissement tellement leurs formations étaient médiocres et illégales. Voilà. C'est tout. En d'autres termes monsieur Gray n'a aucune autre légitimité pour s'instaurer spécialiste du couple que son propre mariage. Malgré tout nous devons à ce monsieur moult ouvrages sur la question. D'abord le best-seller Les hommes viennent de Mars, les femmes viennent de Vénus puis Mars et Vénus sous la couette, Mars et Vénus : petits miracles au quotidien, Mars et Vénus se rencontrent, Mars et Vénus ensemble pour toujours : prolonger le désir et enrichir l'amour, Mars et Vénus : 365 jours d'amour en couple, Mars et Vénus refont leur vie, Mars et Vénus, les chemins de l'harmonie : pour mieux comprendre, accepter et apprécier l'autre sexe, Une nouvelle vie pour Mars et Vénus, Mars et Vénus au régime : créez l'alchimie idéale pour rester mince, heureux et amoureux, Mars et Vénus au travail, Les enfants viennent du paradis, Comment obtenir ce que nous désirons et apprécier ce que nous possédons. J'attends avec beaucoup d'impatience Mars et Venus font du ski et Mars et Vénus apprennent à faire du vélo même si je pense que ce serait mieux sous forme d'albums illustrés.

Ayant connaissance de tout cela, ami lecteur, il va sans dire que c'est avec énormément de réserve et de méfiance que je lisais Mars et Vénus en harmonie. Et j'avais bien raison.

Tout d'abord on enfonce allègrement quelques portes déjà ouvertes. On réapprend donc que la vie moderne génère beaucoup de stresse et que ce dernier nuit aux relations de couple. Clap-clap-clap. Quelle révélation ! Ensuite on nous rappelle que les disputes entre Mars et Vénus viennent de notre ignorance des besoins de l'autre. Soit. Là dessus l'auteur nous explique qu'avant il y avait beaucoup moins de dispute -hum, hum, hum-. Selon lui, à l'époque "bénie" où les femmes restaient à la maison pour entretenir cette dernière et s'occuper des enfants, tout allait mieux dans le couple. A croire monsieur Gray les femmes ont toutes attendues les années 60 pour se mettre à travailler. Peut-être dans son monde à lui. En disant cela il balaie la vie de toutes les ouvrières et paysannes qui se sont parfois tuées à la tâche tout en élevant leurs enfants. Et puis, monsieur Gray, vous pensez vraiment qu'il y avait moins de problèmes de couple dans le passé ? Moins de divorces, c'est certain mais vous avez raison monsieur, oublions tous les aspects culturels et sociologiques de la question et contentons-nous de dire que c'était vachement mieux avant.

Ensuite nous apprenons que tous nos problèmes viennent non pas d'un problème de compréhension entre les sexes mais de la dichotomie entre nos dispositions hormonales et nos existences modernes puisque souvent les femmes exercent une activité professionnelle :

Page 23 : Au lieu de rentrer chez lui pour se détendre et récupérer d'une journée éreintent, l'homme doit combler les attentes de sa femme et de ses enfants. Sa femme juge normal qu'il s'implique dans les tâches ménagères et assume sa part des trajets des enfants. Rentré chez lui, il tente de soutenir sa femme, et n'a pas l'occasion de décompresser de la pression accumulée au long de la journée. [,,,] Une autre tendance influe sur les relations de couple : l'adoption, par les femmes, d'une attitude masculine dans leur environnement professionnel. Une petite minorité de femmes ont réussi à gagner le respect de leurs collègues sans avoir à se comporter comme des hommes ; mais la plupart du temps, le succès professionnel impose de grands sacrifices aux femmes. Sans espace suffisant pour cultiver leur côté féminin, elle souffrent de surmenage et éprouvent du ressentiment. Le réconfort, le bien-être, le soulagement et la détente qu'elles devraient ressentir à leur retour sont trop souvent éclipsés par l'angoisse, le sentiment d'urgence et l'épuisement. A défaut de parvenir à gérer ce stress d'un nouveau genre et leurs besoins émotionnels, les femmes s'appuient à l'excès sur leur partenaire.

Tout le long de l'ouvrage monsieur Gray nous parle de déterminisme hormonal et décide d'ignorer tout le reste. Il va très loin dans le sexisme et j'ai, en lisant certains passages, frôlé la crise cardiaque. Ainsi, page 27 : Une femme ressent naturellement le besoin de prendre soin de sa famille dans un foyer chaleureux et confortable, et cet instinct de nidification remonte génétiquement à l'aube des temps.

Puisque monsieur Gray explique nos différences par les seules hormones, il nous dit que là réside la solution pour une relation de couple harmonieuse. Pour lui une femme débordée c'est d'abord une femme en maque d'ocytocine. Ce qui équivaut à dire que si je suis surmenée ce n'est pas en allégeant la charge de travail, en l'organisant que j'irais mieux mais en buvant plus de café, ou mieux, en sniffant un petit remontant illégal. Ben oui parce qu'avec le bon environnement, les femmes peuvent tout subir ou presque mais bien sur. L'auteur nous explique : « Lorsqu'elle a recouvré courage et vigueur, une femme est heureuse et fière de tout prendre en charge. Ma mère a élevé six garçons et une fille. Mon père voyageait beaucoup et elle parvenait à s'occuper de tout en son absence, sans paraître épuisée. Elle appartenait à une autre génération de femmes, capables de gérer l'entièreté de la maisonnée. Mais à cette époque, il n'était pas demandé aux femmes de passer leur journée à produire de la testostérone sur leur lieu professionnel. Au contraire le mode de vie et l'alimentation d'alors leur procuraient de l'énergie à revendre ; elles bénéficiaient d'un niveau d'ocytocine optimal, ce qui les amenait à ressentir plénitude et sérénité. »

La solution au surmenage des femmes est donc simple pour monsieur Gray : nan, ce n'est pas être épaulée par monsieur mais c'est augmenter son niveau d'ocytocine sans dépendre d'un homme. Sur ce, John Gray nous offre une liste de choses à faire pour cela. 99 pour être exacte. Dans ces nombreux conseils, 27 comportent la notion de donner plus de soi ou d'en faire toujours plus. Ainsi, on peut trouver les conseils suivants : repeindre une pièce avec ses amis, préparer un repas pour une amie qui vient d'accoucher, donner de son temps pour ceux qui ont faim, s'occuper bénévolement d'enfants handicapés, faire des gâteaux pour une association caritative, garder les enfants d'une amie afin qu'elle puisse passer du temps avec son partenaire...

Vous voyiez amies lectrices épuisées et stressées, arrêtez de trop en demander à vos compagnons, la solution est simple : faites-en plus, encore et toujours plus ! Non mais franchement...

Après avoir aider madame, notre pseudo-spécialiste aide monsieur à mieux gérer sa femme avec une liste de trucs qu'il peut faire pour gagner des points auprès cette dernière. 85 trucs et astuces pour rendre heureuse madame au quotidien. Pour résumer : sortez-la et aidez-la un tout petit peu. Oui parce qu'un homme ne participe pas aux tâches, nan, il aide madame. Et pas des masses puisque dans cette liste de conseils on retrouve en 55 : « Mettre vos chaussettes sales dans le panier à linge ».

Je me plains parfois que les relations de couple sont compliquées, mais, diantre, je n'avais rien compris. C'est simple en fait. Il suffit pour améliorer les choses que j'en fasse toujours plus et que mon homme prenne en charge le diner une fois par semaine et me fasse un compliment ou deux. Voilà. J'étais conne hein, j'avais pas compris que j'avais été téléportée dans un monde parallèle : les années 50 fantasmé par un crétin d'aujourd'hui !

Si tu le veux bien ami lecteur, joints toi à moi pour la conclusion de cette merveilleuse lecture :

TA GUEULE JOHN GRAY !!!!!

Allez, à vendredi prochain pour un nouveau Culture Pourrie...