heritage

Edition :  France Loisirs

Année : 2010 pour la parution française

Toute cette plaisante histoire se déroule en Angleterre, autour d'un manoir un peu décrépi. A la mort de leur grand-mère, deux frangines retournent dans la demeure familiale qui reste liée pour elles à la disparition mystérieuse de leur cousin, Henry. Depuis ce drame, la famille a comme implosé. La plus jeune des sœurs, Erica, découvre, en triant des vieilles photos, l'existence d'un secret de famille. En enquêtant sur ce mystère, l'autre secret, celui qui concerne Henry, ressurgira et mettra en péril l'équilibre déjà précaire de la sphère familiale.

Pour être franche, bof, bof. Puis bof aussi. A commencer par le prologue qui dévoile tout de suite une partie d'un premier secret, celui qui concerne le passé. Parce que tout le bouquin mêle deux récits, celui du présent où l'on voit Erica se débattre avec ses questions et son aïeule dont l'existence sera fragmentée par un acte terrible. La culture du non-dit, un peu de psycho-généalogie, blablabla. Rien de bien inédit, rien de foudroyant, rien de vraiment audacieux. La narration est classique, un peu chiante quoi, mais pas désagréable. Les incohérences existent mais ne mettent pas en péril le récit. Bref rien de transcendant mais rien de catastrophique non plus. Cet ouvrage a tout de même réussi à me surprendre une ou deux fois et c'est déjà pas trop mal. Il aurait presque eu la moyenne si l'histoire d'amour n'avait pas été aussi niaise : quiproquo débile et languissant sur fond de désir incandescent. Rien d'exaltant.

En conclusion, un truc à lire si on a rien d'autre que le dos d'un paquet de céréales à se mettre sous la dent. A réserver tout de même au lectorat féminin.

BILAN DE LECTURE

  • 1 hoquet de surprise

  • un soupir de compassion – j'ai un nourrisson à la maison, alors je suis plus sensible que la normale.

  • 2 cigarettes (que les non-fumeurs me jettent la première pierre. Du silex de préférence, comme ça je pourrais toujours l'utiliser pour m'allumer une clope)

  • un haussement d'épaule désabusé.

NOTE GLOBALE : 9 / 20